Skip to main content

NAO 2022 • La CFDT revendique de réelles avancées

Les négociations salariales 2022 ont démarré le 1er décembre. Malgré la situation économique et sanitaire particulière, les salariés sont restés mobilisés et les résultats s’en ressentent très positivement !

REVENIR AUX FONDAMENTAUX : UNE SOCIÉTÉ MUTUALISTE QUI DOIT RÉCOMPENSER SES FORCES VIVES

Depuis plusieurs années les NAO salaires donnent lieu à la signature d’un PV de désaccord (c’est à dire qu’au terme de la négociation, aucun accord n’a été conclu), la Direction se contentant du strict minimum. Espérons que cette année, munie d’un 2nd réacteur (acquisition de PartnerRE), la Direction redonne tout son sens au côté mutualiste de nos maisons en accordant un peu de reconnaissance aux salariés au travers des NAO.

NOS REVENDICATIONS POUR MAINTENIR LE POUVOIR D’ACHAT DES SALARIÉS COVÉA DANS UN CONTEXTE INFLATIONNISTE

  • +2,5% d’augmentation générale au 1er janvier 2022 pour les salariés non individualisés* avec un plancher de 800 € pour les classes 1 à 4,
  • + 1,8 % d’enveloppe globale pour les augmentations individuelles au 1er mars pour les non individualisés,
  • Augmentation du seuil d’individualisation de 55 000 euros à 57 000 euros, soit + 2 000 €,
  • + 4,3 % d’enveloppe globale pour les augmentations individuelles pour les individualisés*,
  • + 0,6 % de gratification au 1er mars pour toutes les populations.

*les salariés individualisés sont les salariés classe 5 et au delà ayant une rémunération brute annuelle supérieure à 55 000 euros et ne bénéficiant pas d’augmentation générale

REVALORISATION DU SMA ET AUTRES ÉLÉMENTS DE RÉMUNÉRATION 

Nouvel SMA = RMA+3 840 euros + neutralisation de la P3CO dans le calcul du SMA.

Revalorisation des indemnités kilométriques, des forfaits restauration et hôtel. Revalorisation des majorations pour les DROM.

Demande de réévaluation des indemnités mensuelles de télétravail de 15 € à 20 € / mois pour 1 jour de télétravail et de 30 € à 40 €/mois pour 2 jours de TLT

Revalorisation des primes vacances à 70 % du salaire de référence avec un minimum à 1 650 €.

La revalorisation du titre restaurant à 9,48 € avec la même répartition 60/40.

Dispositif mobilité : 500 € annuels demandés dans la négociation sur la QVCT (qualité de vie et conditions de travail).

Prime Macron de 1 000 euros pour tous.

La suite au prochain épisode des négociations le 21 février !