TRAVAIL DISSIMULÉ ET SCANDALE DES JATT AU DCRC, ENFIN LA VÉRITÉ !

Entre 2018 et 2020 la CFDT n’a cessé de faire remonter, dans toutes les réunions du personnel, dans nos tracts et dans nos réunions d’information, deux mauvaises applications de l’accord du temps de travail au DCRC. 

Les JATT doivent être prises à l’initiative du salarié et réparties de manière égale sur l’année : article 4.4 de l’accord du temps de travail.

Les modalités d’organisation des samedis travaillés doivent figurer sur la fiche d’organisation du DCRC : article 5.1 de ce même accord.


LA CFDT CONSTATE DE NOMBREUSES DÉRIVES ET LE NON-RESPECT DE L’ACCORD

De juin 2018 jusqu’en décembre 2020, les salariés se sont vus imposer la pose de JATT pour compenser le travail du samedi : ce n’est pas prévu dans l’accord ni dans la fiche d’organisation

Le nombre de samedis travaillés implique le même nombre de jours de repos compensateurs, ce qui n’est pas le cas

Les JATT doivent servir à compenser le dépassement des 35 heures de travail par semaine et non pour compenser le travail du samedi

De ce fait, le calcul des heures supplémentaires se retrouve erroné.

LES SALARIÉS SONT LÉSÉS DE LEURS DROITS

Les JATT ont été posées en lieu et place d’une journée de repos alors que ce n’est pas le rôle d’une JATT. Malgré nos pressions récurrentes auprès de la direction, celle-ci a toujours refusé de prendre en compte nos alertes sur le sujet.


L’INSPECTION DU TRAVAIL NOUS DONNE RAISON

Malgré ces refus, la CFDT n’a jamais abandonné ! En novembre 2020, La CFDT saisit l’inspection du travail de Niort, pour lui faire part du dossier. Après son investigation auprès de notre RH, l’inspectrice du travail nous donne raison ! 

L’inspectrice conclut par : 

« Le préjudice précité pourrait être considéré, d’un point de vue juridique, comme s’apparentant à un préjudice d’agrément temporaire en ce qu’il prive les salariés concernés des loisirs auxquels ils auraient pu s’adonner pendant les JATT dont ils n’ont pas pu bénéficier ».

La CFDT attend un positionnement clair de la direction sur les solutions apportées à la réparation du préjudice, subit depuis plusieurs années, par les conseillers du DCRC.


LA CFDT PREMIER SYNDICAT COVÉA, VEILLE À L’APPLICATION DES ACCORDS.

L’équipe CFDT, se tient à votre disposition pour échanger avec vous sur le sujet et vous fera part de l’évolution de ce dossier uniquement sur votre messagerie personnelle que vous pouvez nous communiquer à l’adresse suivante :


FIL ROUGE NÉGOCIATION TEMPS DE TRAVAIL DU DCRC

Le 18 juin a eu lieu la 2e réunion de négociation du temps de travail. Malgré les demandes insistantes et répétées de la CFDT sur la pénibilité de l’activité, la direction est restée sourde à toutes évolutions.
La CFDT ne peut se satisfaire de cette position et affirme de nouveau ses revendications d’amélioration du temps de travail avec pour objectif une meilleure articulation vie privée/vie professionnelle.
À savoir : 

1505 heures/an avec octroi de 5 jours de congés supplémentaires lié à la pénibilité du métier et aux horaires atypiques,

Une réduction du catalogue horaire,



Un appel au volontariat pour le travail du samedi ainsi que pour les horaires H5, H6 et H7,

L’accès au télétravail flexible, y compris le samedi [matin ou samedi complet],

Et l’élargissement des taux de congés sur les périodes de vacances.

Le prochain RDV avec la direction aura lieu en septembre et la CFDT reviendra vers vous pour vous informer de l’évolution de la négociation.

CAPEX 21(CAP EXPERTISE 2021) ou comment repenser le modèle de l’expertise salariée COVEA ou comment repenser le modèle de l’expertise salariée COVEA

Rappel historique

La pérennité  de l’expertise salariée a plusieurs fois été remise en cause.

Le projet baptisé CAPEX 21 n’échappe pas à cette réalité et  a été présenté au CSE central le 19 novembre 2019 comme un projet ayant pour ambition d’améliorer l’efficacité opérationnelle  et financière  du modèle de l’expertise salariée, tout en créant une valeur dans le groupe COVEA  en se recentrant sur les clients à valeur


Principaux Axes de transformation pour les CCIS (Chargé de Conseil Indemnisation et Service nouvelle appellation de l’Expet IRD bâtiment)

« En recentrant l’expertise salariée sur les zones à forte densité clients (COVEA), la direction Indemnisation recherche un gain de temps pour ses CCIS. »

Les gains attendus :

Une réduction des délais entre la prise de RDV et l’intervention du CCIS.

Une réduction du risque routier pour les CCIS concernés,

Une augmentation de la capacité d’expertise terrain en 5/5 jours, dans la perspective de rentabilité.

Dès la présentation, vos élus CFDT se sont inquiétés, sur la présence des CCIS 5j/5  sur le  terrain  et le blanchiment de certaine zone en faveur de l’expertise indépendante


Principaux Axes de transformation pour les CRC (conseiller relation client, nouvelle appellation des Assistante de gestion)

Le projet s’accompagne également d’un réel changement pour les CRC :

La reprise d’appel en direct avec la suppression d’Armatis et la mutualisation des centres en 6 pôles virtuels régionaux

Le développement de l’autonomie des conseillers sur les activités de gestion.

Une nouvelle organisation du travail et des horaires des CRC,

Une planification et supervision de l’activité

« En ce qui concerne les activités de gestion, d’autre part, nous souhaitons développer l’autonomie des CRC et par la même augmenter la capacité d’expertise des CCIS. » présentation CSEC du 29 janvier 2020

Vos élus CFDT se sont inquiétés de ces objectifs qui démontraient d’une réelle augmentation de la charge de travail pour les CRC et les experts !


L’avis CFDT en CSEC

Dans l’avis rendu au CSEC du mois de mars 2020, vos élus CFDT ont toutefois salué l’ambition du projet de pérenniser le métier de l’expertise salariée et de l’installer définitivement dans l’univers COVEA.

Toutefois nous avions souligné que le projet allait profondément bousculer les habitudes de travail des collaborateurs et bouleverser le mode de travail de certains centres.


Mise en place du projet et premières difficultés constatées :

Aujourd’hui le projet est déployé et les craintes sur la charge de travail se matérialisent :

  • Comment organiser le back office des experts : dans la voiture entre 2 rdv ?
  • Comment garder du lien en étant 5j/5 sur le terrain pour les experts ?
  • Comment accompagner les CCIS en difficulté ?
  • Comment gérer les dossiers et développer l’autonomie des CRC lorsque les plannings ne prévoient que très peu de temps de gestion personnelle et que le flux téléphonique est intense

Vos élus CFDT entendent toutefois laisser le temps au projet de s’ajuster avant de tirer des conclusions sur cette nouvelle organisation.

Nous allons donc suivre ce projet de près et pour ce faire nous avons besoin de VOUS. Nous vous invitons à nous faire remonter toutes difficultés, problématiques et idées d’amélioration !

La CFDT  suivra la mise en place de CAPEX 21 notamment sur les risques psychosociaux.


Rejoignez-nous, faites-vous entendre !