LA PRIME D’INTÉRESSEMENT GROUPE COVÉA SGAM RECONDUITE !

Fidèle à ses engagements de campagne, la CFDT a négocié et signé pour vous la reconduction pour 3 ans de la prime de 1000 euros SGAM Covéa ! Une excellente nouvelle pour ce début de mandature et nous comptons continuer sur cette lancée pour défendre votre pouvoir d’achat.

Les montants moyens sur les trois dernières années

Année201620172018
Enveloppe22 802 289.00€22 901 490.00€24 429 941.00€
Prime moyenne1 020€1 026€1 086€

Pour mémoire, nous rappelons que la répartition de l’enveloppe s’effectue de façon égalitaire entre tous les salariés.

Un seuil de déclenchement plus bas que celui qu’espérait la direction

Le seuil de déclenchement est fixé à 350 Millions de résultats alors que, dans son projet d’origine, la direction proposait de démarrer à 600 Millions. Par ailleurs, La direction a voulu imposer que ce seuil soit revu chaque année uniquement à la hausse, Mais votre équipe CFDT COVÉA a obtenu que celui-ci puisse évoluer aussi à la baisse.

Nous vous l’avions promis, La CFDT protège vos acquis !

CHECK-POINT n°2 : UN STATUT COMMUN DE HAUT NIVEAU SUR LE PAPIER, UNE MISE EN ŒUVRE DÉPLORABLE !

APPLICATION DES ACCORDS : TROP C’EST TROP !

Depuis des mois, la CFDT se bat à vos côtés pour que les accords du statut commun soient déployés dans le respect des engagements pris lors des négociations, qu’ils soient écrits ou non ! La CFDT négocie, discute, avance pas à pas et obtient du concret sans jamais prendre les salariés en otage. Mais pour dialoguer il nous faut une Direction ouverte en face.
Force est de constater que le dialogue social n’est plus la principale préoccupation de la Direction Générale. Comme nous vous l’avons
annoncé dans notre précédent Check-point, nous avons adressé une lettre recommandée à la Direction pointant l’ensemble des dysfonctionnements que vous nous avez remontés. A part quelques points accordés, qui nous réjouissent pour ceux d’entre vous qui vont en bénéficier, la Direction reste campée sur ses positions.

LES RAISONS DE LA COLÈRE

MALVEILLANCE ?

Comment expliquer que les accords soient interprétés au plus bas pour les salariés dans certaines maisons, alors que par ailleurs, la communication institutionnelle prône la co-construction et le management collaboratif ?

INCOMPÉTENCE ?

Les règles ne sont pas appliquées uniformément !
Une disposition est prévue ici, son contraire est imposé ailleurs, et toujours au détriment des salariés ! Les accords sont-ils méconnus à ce point par ceux qui doivent les expliquer et les faire appliquer ?

MÉPRIS ENVERS LES SALARIÉS ?

D’après certains directeurs hauts placés, les salariés sont « gavés » et il faut les remettre au travail ! Le Statut Commun n’a pas plu à tout le monde, car certains n’ont pas vu d’un bon œil les avantages donnés aux salariés. Trop de congés, d’ATT, d’Intéressement et en plus du Télétravail ? Où va le monde, ma pauvre dame !

MÉPRIS ENVERS LES SIGNATAIRES ?

Laissons-les négocier, laissons les signer et nous ferons ce que nous voulons après ? Les accords d’entreprise ont un fondement légal dont personne ne peut se dispenser, ceux qui en doutent devraient bientôt le réaliser.

PLUS DE PILOTE DANS L’AVION ?

Qui décide d’enfreindre les textes ? Les métiers, les RH, le Comex Covéa ? Qui a aujourd’hui le pouvoir de décision ? Allo Houston ?


RELATIONS SOCIALES, NÉGOCIATIONS ET MISE EN ŒUVRE DES ACCORDS LA DIRECTION CHANGE LES RÈGLES DU JEU ! NOUS AUSSI !

La CFDT ne renoncera jamais à faire appliquer des accords qu’elle est fière d’avoir signé, continuera à se battre pour chacun d’entre vous et à faire évoluer vos conditions de travail !

Pour cela, nous saisirons l’inspection du travail et assignerons la direction sur chaque manquement constaté. Nous continuerons également à nous manifester dans toutes les instances et nous ferons appel à votre mobilisation si nous n’obtenons pas satisfaction dans les prochaines semaines.
Nous comptons plus que jamais sur votre soutien !

NOS VICTOIRES
Pour ceux dont le métier est positionné dans une classe inférieure depuis le 1er juin 2018
, c’est le SMA Covéa de la classe d’origine qui va s’appliquer. Certains d’entre vous vont donc voir leur salaire augmenter. La prime de médaille du travail va bénéficier aux salariés dont l’ancienneté leur permet d’y prétendre au 1er janvier 2018 au lieu du 1er juin 2018.

QUELQUES UNS DE NOS COMBATS À VENIR DEVANT L’INSPECTION DU TRAVAIL

L’application des règles pour les forfaits jours est à notre sens illégale.
Certains temps partiels se sont vus proratiser des jours de congés acquis en groupes fermés.
La Convention collective de Fidélia n’est pas appliquée en ce qui concerne l’évolution professionnelle des chargés d’assistance.

La lettre recommandée adressée à la Direction le 19 novembre 2018 est en ligne sur les site de la cfdt Covea : cfdt-mma.com | cfdt-fidelia.com | cfdtmaaf.com | cfdt-gmf.com


NAO SALAIRES 2019 : LA CERISE SUR LE GâTEAU !

UN PARTAGE INéQUITABLE : LES GROSSES PARTS

Covéa est riche et cette année encore le résultat devrait s’approcher du milliard.
Covéa s’apprêtait en septembre à acquérir une société pour la modique somme d’environ 8 milliards.
Un groupement est créé pour abriter les directeurs du groupe, leur  garantissant ainsi une totale opacité quant aux différents avantages et indemnités dont ils pourront profiter à loisir.
Les classes 7 pourront tous bénéficier de bonus annuels allant jusqu’à 15% de leur rémunération brute annuelle (pour info la moyenne s’élève à 85000€).


LES MIETTES

Nos contre-propositions représentaient 3 millions supplémentaires : faites les comptes et voyez-vous-mêmes le mépris affiché envers les « salariés d’en bas » ! 
Voici les propositions finales pour les salariés, décidées par la Direction le 22 janvier 2019.  

AUGMENTATIONS GéNéRALES : 

0,6% à effet du 1er janvier (au lieu du 1er mars : 1ère proposition de la Direction) pour les salariés des classes 1 à 4 et seulement pour les cadres dont le salaire est inférieur à 55 000 € (la Cfdt a quand même obtenu ce seuil qui préserve globalement les classes 5)

AUGMENTATIONS INDIVIDUELLES : 

  • enveloppe de 0,8% de la masse salariale à effet du 1er mars (au lieu du 1er juillet : 1ère proposition de la Direction)
  • enveloppe pour les cadres individualisés au-delà de 55K€ : 1,4% (soit 0,6%+0,8% de la masse salariale)
  • gratification : enveloppe de 0,4% de la masse salariale à effet du 1er mars  

Pas de budget spécifique pour le rattrapage des positionnements ACAA

Et en plus, refus sur notre proposition d’élargir l’assiette des bénéficiaires de la prime «Macron» !

Même AXA, société qui doit rémunérer des actionnaires, fait mieux que nous, société à caractère mutualiste !
Aucune OSR ne signera le PV de désaccord, ce qui obligera la Direction à revenir à la table des négociations.
Nous ne lâcherons pas !


CHECK-POINT n°1 : Vos élus vous informent – NE RESTEZ PAS SEULS AVEC VOS INTERROGATIONS ET VOS DOUTES

Statut commun : les «ratés» de la mise en oeuvre

Durant 2 ans, dans le cadre du projet de statut commun voulu par la Direction, nous avons négocié « pied-à-pied » pour obtenir les meilleures garanties, défendre, et consolider vos acquis. Depuis quelques mois maintenant, le statut se met en oeuvre. Si pour la plupart, cette étape se déroule sans accroc, pour d’autres, ce n’est pas le cas. 

La Délégation Cfdt Covéa vient d’adresser une lettre recommandée à la Direction pointant l’ensemble des dysfonctionnements que vous nous avez remontés. Nous exigeons des réponses concrètes et écrites.

Ce qui a été négocié et ce qui doit être appliqué : 4 exemples édifiants parmi d’autres

Choix et pose des att

Le principe de la concertation dans le choix des formules ATT et le fait que le salarié puisse choisir les dates qui lui conviennent, sous réserve de l’accord managérial ont été des points forts des négociations. Or certains managers font fi de ces principes, allant jusqu’à choisir eux-mêmes les dates pour les salariés !

L’action CFDT

Nous enjoignons la Direction à faire respecter le principe de concertation inscrit dans l’Accord, et ce, dans l’intégralité des unités de travail du Groupe.

FORFAIT JOURS ET DEMI-JOURNÉE

À partir du moment où un salarié a effectué sa charge de travail à la hauteur et dans les conditions fixées lors de ses entretiens avec le management, aucun manquement ne pourra lui être opposé sur le nombre d’heures qu’il considèrera devoir faire pour valoriser une journée. C’est le principe même du forfait jours.

L’action CFDT

Nous nous opposons  à toute communication visant à encadrer le nombre d’heures constituant une journée de travail d’un forfait jours, dans la mesure où rien, ni dans la loi, ni dans les accords, ne fixe la durée en heure de la journée d’un forfait jours.


le report de congés

Le report de 5 jours a été négocié par votre équipe CFDT, comme un dispositif souple et favorable à l’organisation des unités de travail. L’esprit de l’accord a été détourné et son application radicale a provoqué de nombreuses inquiétudes.

L’action CFDT

Nous revendiquons la pérennisation du report automatique, en insistant fortement sur les congés de Noël à cheval sur deux exercices.


TEMPS DE DÉPLACEMENT

Le temps de déplacement fixé par l’article 2.2 de l’accord temps de travail prévoit une compensation financière à hauteur de 50% du dépassement dès lors que le salarié effectue un trajet  supérieur à son trajet habituel  domicile/travail. Dans une unité de travail, cette prise en charge a été  arbitrairement réduite à 25%. 

L’action CFDT

Cela constitue une violation de l’Accord. Nous exigeons qu’aucune pratique de ce genre ne soit plus tolérée et que les salariés lésés soient dédommagés.


Référentiel métierS et CONVENTION : COLLECTIVE DE L’ASSISTANCE
Pour nous, le référentiel Covéa ne respecte pas les critères de la Convention Collective de l’Assistance en déclassant le métier de chargé d’assistance au niveau le plus bas alors que la CCN prévoit la possibilité d’une évolution régulière. La Cfdt qui a porté un recours devant la Direction ira jusqu’au bout de la démarche !


sirh l’objectif cfdt : obtenir de la visibilité et du suivi

Le SIRH a été construit, validé et mis en production dans des délais très serrés.

Depuis le 1er juin, beaucoup de problèmes ont été résolus. Malgré tout, les erreurs recensées sont encore nombreuses : pointages faux, paies inexactes, compteurs de congés erronés, fonctionnalités manquantes ….  Face à ce flot de bug … la hotline est injoignable !

Nous demandons des points réguliers avec la Direction et un suivi des problèmes restants et des actions correctives mises en oeuvre.


STATUT COMMUN : VOS ÉLUS CFDT SONT sur le pont 

Nous avons pleinement conscience que la mise en place du statut commun génère du stress et du mécontentement. Tous vos élus CFDT MAAF, GMF, MMA, FIDÉLIA, APJ collaborent et travaillent « d’arrache-pied » pour que vos droits soient respectés. Tous vos retours sont traités, continuez à nous remonter vos demandes !


Accord reconnaiSsance : le «acaa» de la colère !

À L’ORIGINE DU ACAA …

Nous sommes déçus ! ACAA a été négocié pour être un véritable outil de reconnaissance des compétences au sein des différents métiers. 

Ce système est perçu dans certaines maisons comme humiliant et totalement démotivant.  

Ce système, inspiré d’un dispositif ayant fait ses preuves dans l’une des maisons du Groupe, devait constituer une reconnaissance des compétences actuelles et un levier pour en acquérir d’autres.

AU FINAL : DÉMOTIVATION ET UN SENTIMENT D’ABSENCE DE RECONNAISSANCE

Nous exigeons un état des lieux complet des premiers positionnements par Direction à l’occasion de la tenue d’une réunion  telle que prévue à l’article 4.2 en cas de difficultés d’application. 

Nous souhaitons également  obtenir l’engagement de la Direction sur un respect total de la procédure individuelle lors de la future campagne de 2019.  

SUR LE TERRAIN …. LE « A » D’UNE APPLICATION INADAPTÉE

Votre équipe CFDT constate que de nombreux positionnements ont été effectués au niveau le plus bas de façon collective et non individuelle comme cela était prévu.  

Cela a aboutit à positionner au même niveau, dans un même secteur, des salariés expérimentés et des novices !