Auteur : webm@ster

REPENSER LE TÉLÉTRAVAIL POUR TOUS LES SALARIÉS DE COVÉA

La crise du COVID 19 a bouleversé nos organisations de travail. Le télétravail a été généralisé, garantissant ainsi la continuité de l’activité dans toutes nos maisons. Il a notamment mis en exergue l’excellente capacité d’adaptation des collaborateurs COVÉA.

La renégociation de l’accord sur le télétravail n’aura lieu que fin 2021. C’est la raison pour laquelle, nous revendiquons la signature d’un avenant durant l’été afin d’étendre et d’améliorer le télétravail au sein de l’entreprise.

CE QUE LA CFDT OBTIENT :
PLUS D’ACCESSIBILITÉ ET DE SOUPLESSE

CADRES AU FORFAIT

Toujours sur la base du volontariat, deux formules possibles en fonction des directions métiers et des contraintes de services : 40 ou 80 jours. Le principe d’un contingent de 80 jours sera la règle pour le plus grand nombre.

SALARIÉS À L’HORAIRE

Toujours sur la base du volontariat, possibilité désormais de choisir soit : 1 ou 2 jours par semaine, ou une formule de télétravail flexible de 40 ou 80 jours.


L’ÉLARGISSEMENT DU PÉRIMÈTRE DES POPULATIONS ÉLIGIBLEST

DG MMA : ±100% / DG GMF : 58% /
DG MAAF : 53%
Toutes les directions transverses seront éligibles à 100%.

Victoire éligibilité pour la DI GMF et le DCRC MAAF !

LEVÉE DE TOUTE CONDITION
D’ANCIENNETÉ

Seulement si le collaborateur est jugé autonome en recrutement interne comme externe.


POSSIBILITÉ DE POSE PAR 1/2 JOURNÉE

Cumulable avec les CP, les ATT, les jours de repos et le temps partiel.

SUPPRESSION DES QUOTAS

100% sauf pour les DI GMF, MAAF et MMA qui seront elles à 30 % mini.

INFO DERNIÈRE MINUTE
FIDELIA et COVEA PJ seront testeurs d’un dispositif élargi de télétravail : une formule de base à 3 jours et un forfait volant de 20 jours flexibles (pour un salarié à temps complet).

NOTRE CRÉDO : ANTICIPER
DISPOSITIF EN VIGUEUR DÈS SEPTEMBRE POUR LA CAMPAGNE 2021

NÉGOCIATION ACCORD D’INTÉRESSEMENT ET DE PARTICIPATION 2020-2021-2022 – PROMESSE TENUE !

Les négociations relatives au mode de calcul, d’attribution et de déclenchement du versement de la participation et de l’intéressement sont terminées. Malgré un contexte d’incertitude économique du fait de la crise sanitaire du Covid-19, nous sommes parvenus à négocier un accord de haut niveau.

ACCORD D’INTÉRESSEMENT : DES AVANCÉES SIGNIFICATIVES

La redistribution démarre dès le 1er euro de résultats pour l’entreprise.

Les points positifs

Neutralisation des arrêts maladie pendant la période Covid pour l’attribution de l’intéressement

L’abandon des critères  tels que ratio combiné, frais généraux…

Revalorisation annuelle du PASS* très favorable aux plus petits salaires

Redistribution du reliquat**des plus gros salaires


* PASS : montant du plafond annuel de la Sécurité sociale 2020
** Le montant de l’intéressement est plafonné à 30 852 € pour les plus gros salaires. La Loi Pacte prévoit que la partie au-delà du plafond est reversée dans le pot commun pour être redistribuée.


PARTICIPATION :  UN ACCORD IDENTIQUE À CELUI DES 3 DERNIÈRES ANNÉES

Le contenu de l’accord ne bouge pas. Les conditions de distribution restent inchangées. 

En 2017, 2018 et 2019, l’accord de participation a permis une distribution moyenne de 3 200 € par salarié.

Durant l’automne, l’avance sur l’intéressement 2020 sera calculée sur le prorata du PASS (41 136 € en 2020) pour les salariés dont la rémunération est inférieure au PASS.


LE VERSEMENT DE L’INTÉRESSEMENT ET LA PARTICIPATION : UNE VARIABLE À DEUX INCONNUES

A

C’est l’accord que nous négocions pour vous, tous les 3 ans. Un bon accord permet aux salariés de bénéficier des « bons résultats » de l’entreprise. Ce qui est le cas depuis plusieurs années.

R

C’est l’accord que nous négocions pour vous, tous les 3 ans. Un bon accord permet aux salariés de bénéficier des « bons résultats » de l’entreprise. Ce qui est le cas depuis plusieurs années.

I+P

C’est la conjonction d’un bon accord et des bons résultatsde l’entreprise.


LA CRISE SANITAIRE DU COVID-19 ET SES CONSÉQUENCES, NOTRE POINT D’INQUIÉTUDE

L’accord négocié est particulièrement bon, puisqu’au 1er euro de résultat, l’intéressement se déclenche. Néanmoins, pour bon nombre d’entreprises y compris la notre, les résultats financiers et commerciaux font planer une incertitude pour 2020. 

Si les résultats devaient s’avérer mauvais, nous irions rediscuter avec la direction pour demander un supplément d’intéressement. Nous vous tiendrons informés dès que nous aurons plus de visibilité sur les résultats de l’entreprise pour 2020.


INFO CSEE LEVALLOIS — 17 ET 18 JUIN 2020

ACTIVITÉS SOCIALES ET CULTURELLES DU CSEE LEVALLOIS

Point sur le matériel informatique des élus : quid du devis qui doit être proposé pour mise à disposition de PC portables aux élus des CSEE ? 

Un groupe de travail se met en place au niveau de COVEA. Nathalie CHARTON nous conseille de porter la question au niveau du CSEC. La DTSI est à priori d’accord mais c’est une question à voir au niveau des Affaires Sociales. Cela va encore prendre un temps fou d’autant qu’il va falloir recenser les besoins.

Nouvelle version des règles de l’activité voyages 

  • La subvention reste la même que l’année dernière , remise en place d’un scoring en fonction des voyages déjà effectués + ancienneté groupe COVEA 
  • Modification  des paiements: 30% à l’inscription avec prélèvement privilégié, et pour le solde mise en place d’un échéancier avec un dernier paiement à deux mois du départ.
  • Pré acheminement :
  • Précision 1: seules les personnes subventionnées sont prises en charge.
  • Précision 2 : le CSEE n’est pas responsable si le salarié se présente avec des papiers qui ne sont pas conformes et qu’il ne peut pas partir.
  • Rappel : Le paiement est dû pour toute inscription acceptée.

Vote à l’unanimité et mise en vigueur pour les voyages 2021.

Question sur la possibilité de budgéter une aide pour les parents dont la garde d’enfants occasionne des frais insurmontables (arrêt télétravail).

Il ne faut pas oublier qu’il y a une part de responsabilité de la direction du fait de sa prise de position ! Laisser les gens en télétravail eut été plus simple. Est-ce au CSE de prendre en charge les conséquences du positionnement de la Direction ?
Nathalie CHARTON précise que la réponse du CSEC a été négative sur ce sujet et que les managers doivent voir ce qu’il est possible de faire.

Vote de principe : 

  • oui ou non est-il du ressort du CSEE de prendre en charge les frais de garde ? pas de majorité dégagée, la proposition n’est pas acceptée. 
  • Proposition de la commission enfance : pas d’application de la majoration des 10% pour les colonies choisies hors catalogue du fait de l’annulation de la plupart des séjours par les organismes retenus initialement par le CSEE. Les élus ont voté POUR à l’unanimité.

RESSOURCES HUMAINES

Quid du traitement des compteurs « en débit » ?
La réponse générique est qu’il faut compenser par du « crédit ». Le manager doit aussi pouvoir régulariser, mais certaines situations ne sont pas à rectifier.

Dans le cas où des salariés se trouveraient dans l’obligation de payer des frais de garde pour leurs enfants, car ne pouvant revenir sur site, est-il possible que l’entreprise prenne en charge tout ou partie de ceux-ci ? 
Non.

Suite à la suppression du motif « Télétravail occasionnel générique », pour les forfaits jours saisis avec le motif TT générique, seront-ils déduits du quota de 40 jours annuels prévus pour le Télétravail flexible ? Pour nous, non, mais pouvez-vous confirmer ?
Non.

Quid de la problématique des salariés sans solution pour la garde de leurs enfants ? 

a. Le chômage partiel n’est accessible qu’aux salariés devant revenir sur site. Ceux qui sont en TLT n’y ont pas accès, alors que, jusqu’au 2 juin, ils pouvaient télétravailler en mode dégradé pour gérer la garde de leurs enfants, mais désormais, ils devront poser des jours de CP pour cela?
Oui, pas forcement des jours de CP, mais pose de congés

b. Pour ceux devant revenir sur site, ils ne pourront accéder à l’activité partielle qu’après avoir posé 10 jours de JATT/repos ou pris sur leur CET. N’est-ce pas une discrimination de traitement entre les métiers ?
Non.
Intervention des élus : Il a été dit aux salariés que le chômage partiel n’était pas possible et il a été imposé une prise de CP pour « éponger » la franchise de 10 jours. Nous aurions  pu éviter cela en laissant les personnes en télétravail  générique.

c. Nous avions compris qu’avec un justificatif d’absence de solution pour garder les enfants, tous les salariés avaient droit au chômage partiel, sans pose de jours de repos ou JATT, qu’ils soient sur site ou en TT.
Il faut un justificatif pour avoir droit au chômage partiel selon ce que l’entreprise a décidé.

d. Quelle est la liste exhaustive et précise des documents à fournir pour les obligations de garde d’enfant ?
Attestation de l’école ou de la crèche de non accueil de l’enfant (total ou partiel). Nathalie CHARTON nous communique un état au 15 juin : 3 salariés  (agences) ont demandé l’activité partielle ;  5 se sont « interrogés » sur cette situation. 3 personnes en CCC ont souhaité y recourir mais ne sont pas éligibles et pas de demande en CG. Plusieurs dizaines de personnes posent 1 ou plusieurs  jours de congé/semaine pour la garde d’enfants  Pour les enfants en situation de handicap : 9 cas sur 10 se sont soldés par du télétravail  et /ou absence autorisée rémunérée.


DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT

Présence de Sylvie Kordeusz

  • En aparté quid de la situation en Guyane ? Pourquoi la direction refuse-t-elle la fermeture des sites ? La santé des salariés ne semble pas être la priorité de la direction. S KORDEUSZ considère que c’est une priorité. Le point est fait régulièrement, il y a surveillance constante.
  • Autre aparté : 200 collaborateurs en Prevrisk jusqu’au 10 juillet et le cas échéant aussi longtemps que le gouvernement le demandera.

Comment la Direction va-t-elle impacter la crise Covid sur les objectifs commerciaux et la P3Co ?
Le sujet va être revu en reprenant les objectifs commerciaux.
Modification des objectifs de mars (Covid) avec par ricochet effet sur la P3CO. Ceci dit, depuis la reprise, les chiffres sont historiquement élevés sur  l’auto. En conséquence,  les objectifs de juin ne changeront pas.

Comment la Direction va-t-elle impacter la crise Covid sur les objectifs commerciaux et la P3Co ?
Le sujet va être revu en reprenant les objectifs commerciaux. Modification des objectifs de mars (Covid) avec par ricochet  effet sur la P3CO. Ceci dit, depuis la reprise, les chiffres sont historiquement élevés sur  l’auto. En conséquence,  les objectifs de juin ne changeront  pas.

À propos de la P3Co, pourquoi un système différent entre les agences et les CCC?
Les CCC ont des objectifs au semestre , alors que dans les agences ils sont annuels. Ce sujet va être revu pour 2021 avec remise à plat complète =) info a suivre puisque la P3CO es intimement liée aux objectifs.

En CCC, peut-on réviser les notions de DMC  (durée moyenne de communication) car les salariés ont travaillé avec du matériel personnel non adapté couplé à de nombreux bugs réseaux figeant les écrans et obligeant ainsi les salariés à faire patienter les sociétaires ?
La DMC sera neutralisée sur ces 3 mois.

La Direction envisage-t-elle des mesures concernant les résiliations, comme indiqué lors d’une interview vidéo publiée sur One Net de Joachim Pinheiro ?
Le taux de résiliation se tient. En loi Hamon nous récupérons plus  de contrats que de résiliation.

Est-il envisagé une révision des objectifs commerciaux pour le 2e semestre compte tenu de la période de confinement vécue ?
Cf. réponse précédente. On agit sur les mois impactés par le Covid , y compris si nous devions avoir une 2e vague.

Point sur la reprise de l’activité dans les agences et les CCC :
a. À ce jour combien de points de vente sont ouverts et combien de salariés sont physiquement présents ?
304 agences ouvertes. Tous les salariés sont présents sauf ceux dépendant de Prevrisk. Idem pour les CCC. Les indicateurs de satisfaction à chaud restent bons, hormis quelques « efforts à faire pour nous joindre » mais vu le contexte cela peut se comprendre.

b. Comment jugez-vous la reprise d’activité dans les agences et CCC ?
La reprise est très forte sur les Produits de base avec un niveau d’appels historiquement élevé  sur le numéro unique. 25 000 appels traités/jour.

c. Est-il prévu que les réunions hebdo des CCC soient raccourcies du fait d’une mauvaise joignabilité comme cela a été opéré récemment ?
Oui c’est prévu, solution extrême mais vu les difficultés de joignabilité actuelles, cela fait partie des dispositifs. Les 34 CDD vont commencer à faire des prises d’appels.

d. Du fait de la croissance de l’activité, est-ce que la direction envisage de faire appel aux volontaires pour effectuer des heures supplémentaires ?
Le dispositif actuel devrait être suffisant avec les CDD. A ce stade, des heures supplémentaires ne sont pas prévues en CCC,  mais pas complètement exclu.

Dans les CCC, la validation des plannings va se faire dorénavant à S+4, demande de souplesse.
Sur le plan général Sylvie KORDEUSZ considère revenir sur une logique de travail normal. Les PrevRisk restent en télétravail. .Les ajustements restent possibles mais il n’est pas prévu de cadrage particulier, c’est à l’appréciation du manager.

Si certains salariés des agences sont encore absents au mois de Juillet et Août (collaborateurs vulnérables, garde d’enfants…) et que leurs collègues présents sur site doivent partir en congés, qui tiendra l’agence ouverte ? Quid de la règle des 60/40 ?
Concernant le 60/40, le fonctionnement reste normal (sauf les petites entités). S.KORDEUSZ souhaite que les agences restent ouvertes mais comme toujours il y aura des exceptions.
Quid de la suspension de cette règle cet été ? Réponse de S KORDEUSZ, pas d’officialisation mais souplesse acceptée.

Tous les CCI ont-ils repris leur itinérance ? Pour celles et ceux équipés d’un véhicule de fonction, la période d’immobilisation de 8 semaines sera-t-elle prise en compte dans le calcul des 15 000Km annuels ? 

  • Tous les CCI ont bien repris. 
  • La période Covid sera prise en compte.

Télétravail et CDE
(ex Chargé de Développement Commercial)
Les CDE sont en télétravail. Fin juin un  point sera fait. Inquiétude des CDE sur le maintien de sites ouverts et l’ouverture de nouveaux sites. S KORDEUSZ nous précise qu’il y aura une  proposition globale avec une approche spécifique au métier (révision des objectifs annuels)

Présentation du test « POC entretien décideur »
Jean Pierre David
Dans le cadre de la démarche externe (ECLA)
Démarche externe revisitée pour contribuer à développer le PTF

  • Simulateur d’entretien « RDV décideur »   en complément des méthodes, pour les acteurs « démarche externe » autres que les CDE (DR, DDA, DA ) qui peuvent être amenés à rencontrer des décideurs.
  • Outil virtuel d’apprentissage et de pédagogie avec un accompagnant virtuel disponible à la main du collaborateur sur son PC.
  • Test in situ (dont RCT, RVA  et CDE zone Lorraine Marne ) du 22/06 au 07/07  pour le POC, puis à partir du 15 /08 pur la version corrigée.

DIRECTION INDEMNISATIONS

Présentation du projet VOICE BOT DI GMF Philippe Rondeau / Isabelle Bourgoin

  • Voice bot déjà en cours chez MAAF (appelé Delphine) depuis janvier 2020: pré déclaration sinistre IARD pour les appels qui n’ont pas pu être pris en charge téléphoniquement par un conseiller. 
  • GMF: expérimentation en appel DST IRD GRC / test sur le Centre de Gestion de  Bordeaux à partir de septembre 2020, sans prise de RDV pour le moment mais rappel par un gestionnaire sous 48h.
  • Le projet est mis en place pour traiter les problèmes de réponse aux appels IRD dont les équipes sont actuellement le plus en difficulté et permettra de limiter les appels répétitifs.
  • Pour l’auto, la Direction ne peut pas encore nous préciser si cet outil sera mis en place dans l’avenir. Rien n’est exclu pour le moment.

Une mesure satisfaction clients sur ce nouvel outil sera réalisée ainsi que le nombre de clients qui se serviront de l’outil ou qui « décrocheront ». 

Est-il envisagé d’augmenter la part de gestion des salariés si le voicebot fonctionne bien ? Et quid des impacts emplois?
Le Voice bot effectue une notification, le travail du gestionnaire ne change pas. Par ailleurs, la direction regarde au-delà de la pré-déclaration, ce qui pourra être fait pour aider le gestionnaire dans le traitement du dossier. Quant au traitement complet d’un dossier, le sujet est pour 2022. Généralisation envisagée fin d’année 2020

POP et ATS
a. Il aurait été évoqué, lors d’une réunion d’encadrement DI, l’attribution d’une prime pour les POP / ATS des CG.
NON. une prime de 750 €  a été obtenu mais uniquement pour les salariés éligibles à la P3CO. 

b. Merci de rappeler le périmètre d’activité des POP et ATS et d’indiquer si ce périmètre sera adapté, modifié ou élargi compte tenu des nombreux projets en cours, pour certains déjà livrés depuis la mise en place de Pégase Les missions POP et ATS ne changent pas. Les projets en cours doivent leur permettre de mieux gérer leurs activités

Point sur les moyens généraux

  • 38 collaborateurs occupent ce poste en janvier.
  • 17 reclassements sont en cours ou finalisés (dont 8 départs en retraite)
  • 7 pour lesquels des pistes sont en cours.
  • 9 pour lesquels il n’y a pas de pistes.
  • 5 sont en longue absence.  

Il est envisagé de recourir à des CDD pour remplacer les salariés moyens généraux « reclassés »en attendant la GED.

Les salariés utilisant la GED vont-ils être dotés de scanners individuels ? Il y a une perte de temps considérable lors des déplacements jusqu’au scan à chaque fois qu’ils doivent enregistrer un document. Non sauf pour les DROM où la Direction étudie la meilleure solution possible.


DIRECTION ASSURANCE VIE

Est-il envisagé une révision des objectifs commerciaux pour le 2e semestre compte tenu de la période de confinement vécue?
Une réflexion est en cours pour la révision des objectifs commerciaux sans date précise. 

Agences avec CF et sans CF : nous demandons que les résultats soient groupés, comme c’était le cas avant le rattachement des CF à la DAV, au niveau de l’agence 
Cela n’est pas prévu. L’organisation a changé, c’est une décision des Directions du Réseau et de la DAV. Problème de la relation CAE/CF dans les agences du fait de ces distinctions qui mettent en « compétition ». 

Suite au nouveau projet d’organisation de la DAV présenté en CSEC :

  • Nous souhaiterions savoir à quelle date, les CF seront informés de leur nouveau périmètre d’intervention ? Une info a été faite courant mai, le maillage sera présenté d’ici début juillet
  • Si les 34 postes ne sont pas pourvus par les CF MMA CAP, à quelle date est prévue l’ouverture des candidatures en interne groupe ? Les 2 nouveaux postes de managers sont-ils uniquement réservés aux salariés de MMA CAP ?

Il faut attendre de voir comment fonctionne les candidatures.
À ce jour, il y en a eu 28. En fonction de l’évolution la Direction regardera s’il faut ouvrir en interne GMF / Postes de manager : en priorité ouvert aux managers MMA Cap.

  • Les candidats postulent sur le secteur géographique souhaité.
  • Crainte sur les problèmes de compétition risquant d’être exacerbés avec l’arrivée de CF venant de MMA qui n’ont pas tout à fait la même culture.

FICHES D’ORGANISATION DU DCRC LA CFDT TRÈS EN COLÈRE !

2 POPULATIONS CONCERNEES = 2 POPULATIONS PERDANTES  

 1 – QUE COMPORTE CE PROJET ? 

 Le projet d’harmonisation des fiches d’organisation Atlas et Eurovad va permettre enfin, après 3 ans de protestation de la part de la CFDT, de revenir à une organisation du temps de travail « normale » : 

  • une durée quotidienne en rapport avec la formule JATT choisie 
  •  le travail le samedi qui génère des repos compensatoires sans lien avec la formule JATT 

2 – QUELLES IMPLICATIONS CONCRÈTES POUR LE DCRC ? 

JATTDurée quotidienneDuréee Hebdomadaire
2
47h0435h20
87h1236h00
127h2036h40
177h3137h35
227h4238h30

Si vous avez choisi une formule 4 ATT, vos effectuerez 7h04 par jour ! Vous aurez donc 4 véritables JATT, sans avoir besoin de compenser le samedi !  Les élus CFDT ont enfin été entendus sur ce point ! 


DES FICHES D’ORGANISATION PLUS CONTRAIGNANTES 

La Direction pénalise encore les salariés : 

Disparition des horaires Atlas. Ce qui signifie que tous les Atlasiens travailleront désormais jusqu’à 20h en semaine et le samedi après-midi. Et ce, sans aucune compensation ! 

Diminution des pourcentages de vacances en été (33 % sur certaines semaines au lieu de 50 %), sans aucune augmentation sur les autres vacances scolaires, y compris les vacances de fin d’année. 

Un risque de diminution du salaire pour les salariés volontaires sur le travail du samedi.


LES REVENDICATIONS DE LA CFDT 

LES QUESTIONS D’ENVIRONNEMENT ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DES SALARIÉS DU DCRC DOIVENT ÊTRE REVUES ET AMÉLIORÉES 

Sous couvert de diminuer (mécaniquement) le nombre de jours travaillés dans l’année, et donc enfin de respecter l’accord temps de travail, la direction présente un projet qui pénalise fortement 150 salariés, sans compensation aucune, et qui durcit l’accessibilité aux congés d’été pour tous. 

  • La CFDT demande de vraies négociations sur l’environnement complet du DCRC et pas seulement celles proposées par la direction sur la durée du temps de travail ! 
  • La CFDT entend porter des propositions innovantes sur le bien-être des salariés qui passent leur journée entière au téléphone ! 

VOS REPRÉSENTANTS DE PROXIMITÉ DU DCRC 

Secteur 2 : Sud-Est Yassine ATTOUI 

07 63 46 33 11 

Secteur 2 : Sud-Est Florent MAZEL 

07 63 45 98 60 

Secteur 5 : Nord-Est Jean-Denis BEAUPRS-DE-M 

07 63 46 07 27 

Secteur 2 : Sud-Est Amel FATNASSI 

07 63 46 29 26

Secteur 3 : Sud-Ouest Hoda ZAID 

07 63 46 09 10 

Secteur 6 : Paris-Centre-Est-Drom Stéphane ECHARD 

06 61 69 57 72 

VOS DÉLÉGUÉS SYNDICAUX 

Carole GENTILUCCI 

06 76 61 16 92 

Pierre-Jean LAVARRIERE 

06 88 38 50 80 

Charlotte RIEU 

06 64 34 15 31 

Bertrand PARIS 

06 72 54 82 66 

Stéphanie RAMOS 

06 62 34 65 57

Frédéric BOUVARD 

06 47 27 74 52 

Priscilla GUITARD 

06 42 01 81 78 

José DE SOUSA MARTIN 

06 27 51 28 57 

Coura DIA 

06 60 40 58 43 

Pierre JANVIER 

07 63 32 17 08 

Michaël GUICHARD 

06 66 09 85 45 

Soufian ANTAR 

06 30 25 15 16 

CRISE SANITAIRE DU COVID-19, SALARIÉS COVÉA RESTONS CONNECTÉS

À FIDÉLIA, LE TÉLÉTRAVAIL EXCEPTIONNEL
EST PROLONGÉ JUSQU’À FIN AOÛT 

Dès le début de la pandémie, la priorité des élus CFDT était de maintenir la sécurité et la santé de tous les collaborateurs Covéa. Le déploiement de masse du télétravail était plus que nécessaire. Pour Fidélia, cette volonté a aussi été entendue par la Direction. 

Nous saluons la dotation de 600 mini-pc supplémentaires voulue par la CFDT. En effet, c’est près de 95 % des collaborateurs qui sont en télétravail aujourd’hui et qui le resteront jusqu’à fin août.

600
mini-pc supplémentaires

95 %
des salariés en télétravail

Les retours sur site des collaborateurs non « télétravailleurs » restent l’exception. Nous restons vigilants pour qu’ils garantissent la santé de tous.

À partir de septembre, les « fidéliens » seront invités à retourner sur site progressivement, ce qui est la situation de travail normale. La Direction reviendra vers nous prochainement pour détailler les modalités de cette reprise.


ERREURS SUR LES FICHES DE PAIE :
LA CFDT EST SUR LE COUP

Nous constatons depuis plusieurs mois des erreurs sur les fiches de paie (oublis de majorations, erreurs dans le paiement des heures supplémentaires…). 

Vos élus CFDT sont au courant de ces problématiques et travaillent activement sur le sujet. Nous restons mobilisés afin que ces problèmes soient solutionnés au plus vite. Comme toujours, si vous rencontrez des difficultés particulières, vos élus CFDT restent à votre disposition.


SURVEILLEZ VOTRE BOÎTE AUX LETTRES : LES CHÈQUES VACANCES ARRIVENT !

La commande des chèques vacances a bien été passée. Dans un contexte de crise sanitaire de près de 2 mois, l’ensemble des activités du territoire a été stoppé. Beaucoup d’entreprises ont sollicité le prestataire ANCV durant la phase de déconfinement. Aujourd’hui, elle annonce repousser le délai de livraison au 22 juin par courrier suivi au domicile des salariés.

Vos élus CFDT à la commission Activités Sociales et Culturelles font le maximum pour raccourcir ce délai afin de vous permettre d’en profiter au plus vite.

BON À SAVOIR

Les chèques vacances c’est : 

23 %
du budget des activités sociales et culturelles 

2 millions d’euros
distribués

8 000 salariés
à en bénéficier !

La CFDT vous l’avait promis, la CFDT l’a réalisé ! LE PASS LIBERTÉ EST ARRIVÉ !

Qu’est-ce que la Pass Liberté ?

C’est un nouvel avantage qui vous permet d’augmenter votre pouvoir d’achat. Rappelez-vous en mai 2019 la CFDT vous le proposait durant la campagne électorale et vous l’avez plébiscité en fin d’année en répondant au questionnaire sur les activités de votre CSEE !


Comment ça marche ?

Le CSEE vous rembourse 100 % de vos factures nominatives, à hauteur d’un plafond annuel de 300 € pour :

Vos hébergements de loisirs (locations logements, gites, hôtels, camping, thalasso, circuits, séjours…) ;

Vos activités culturelles(théâtre, expo, ciné illimité, concerts, musées, abonnements revues…) ;

Vos stages ou leçons de loisirs
(chant, cuisine, musique, bricolage…) ;

Vos transports afférents à une location ou séjour (une nuit minimum, bateau, avion, train, location voiture, bus, taxi…) ;

Vos activités sportives (abonnements sportifs, forfaits et remontées mécaniques, location de matériel, carte pêche ou chasse, billetterie évènements sportifs…).


Comment faire ?

Rendez-vous sur votre site internet CSEE Niort :

www.csee-niort-covea.fr

Rubrique Allocations Adultes > PASS LIBERTÉ > Téléchargez l’imprimé PASS LIBERTÉ

AUTONOMIE ET POUVOIR D’ACHAT POUR PLUS DE LIBERTÉ, LA CFDT VOUS A ÉCOUTÉ

Des questions, des inquiétudes, des difficultés ?

Le Déconfinement dans les réseaux commerciaux MAAF la CFDT très en colère !

PROJET DE DÉCONFINEMENT : deux poids deux mesures entre le groupe et la mise en Œuvre par la Direction des réseaux

Le 17 mars, le gouvernement a mis la France en confinement et le 11 mai le confinement a été levé afin que l’activité économique reprenne. 

Si on peut saluer la mise en sécurité de l’ensemble des collaborateurs du groupe lors du confinement, vos élus Cfdt ont été choqués de la précipitation dans laquelle la Direction des réseaux a déployé ce déconfinement : 

Annonce de reprise dès le 12 mai

Une pression exercée sur les réseaux pour revenir sur site

Des salariés contactés
avant la consultation de vos élus

Des informations contraires et anxiogènes…

Lors de la présentation du plan de sortie de confinement au CSEE du 12 mai, nous avons constaté un vrai fossé entre le discours COVEA et la mise en application dans les réseaux commerciaux MAAF 

L’absence de prise en compte par la Direction de nos inquiétudes et de nos remontées, l’absence de dialogue social, a forcé vos élus Cfdt a quitter la séance sans rendre d’avis !

LA DIRECTION A TOUT DE MÊME ACCEPTÉ DEUX DE NOS REVENDICATIONS

Si on peut regretter qu’il faille arriver à des extrêmes pour être entendu, nous nous félicitons que notre action ait eu des conséquences qui vous sont favorables ! La Direction est revenue sur 2 points essentiels pour nous : 

Port du masque obligatoire pour les clients se rendant en agence

Venue en agence uniquement
sur rendez-vous jusqu’au 2 juin

Bien que conscients de l’importance de la reprise de l’activité, votre sécurité reste notre priorité ! Nous serons donc très vigilants et exigeants sur la continuité de la mise en place du plan de sortie du confinement.

Des questions, des inquiétudes, des difficultés ?

MISE EN ŒUVRE DU PLAN DE DÉCONFINEMENT AU SEIN DES ENTITÉS DU CSEE LE MANS

LE TÉLÉTRAVAIL EST MAINTENU AU MOINS JUSQU’AU 2 JUIN

Après la présentation du projet en séance le 6 mai, les élus du CSEE Le Mans doivent formuler un avis sur les modalités d’exercice de l’activité à l’issue du confinement lié au Covid-19 ainsi que sur le contenu des notes de service relatives aux mesures en matière d’hygiène, de santé et de sécurité à respecter par les salariés sur le lieu de travail dans le cadre de cette épidémie.

Les mesures projetées ainsi que les ajouts aux règlements intérieurs des entités ont vocation à s’appliquer jusqu’au 2 juin et le cas échéant, être reconduits en l’absence d’évolutions notables après cette date.

En complément du projet présenté, le CSEE Le Mans a sollicité la saisine de la CSSCTE, ses travaux, bien que réalisés dans des délais contraints, ont permis de compléter la vision des élus CFDT.


DE L’IMPORTANCE DE L’IMPLICATION DES MANAGERS DANS CETTE SITUATION

Ces mesures sont identiques à toutes les entités du groupe et viennent en application et/ou en complément des mesures règlementaires qui s’imposent à tous.

La cordée managériale va jouer un rôle crucial et la délégation CFDT ne peut qu’appeler à la plus grande bienveillance et pédagogie quant à l’application de ces nouveaux dispositifs qui ne doivent pas être un prétexte à des dérives dans l’organisation du temps de travail, ou à la mise sous pression des managers de proximité et des salariés.


TÉLÉTRAVAIL MAINTENU AU MAXIMUM AU SEIN DES DIRECTIONS COVÉA PJ

Nous tenons à saluer les initiatives prises par Covéa Pj, poisson-pilote du Groupe dans de nombreux projets. L’entité fait preuve d’exemplarité dans le domaine sanitaire en poursuivant le télétravail jusqu’à début de septembre.


À MMA : TÉLÉTRAVAIL AU MOINS JUSQU’AU 2 JUIN POUR LA MAJORITÉ DES SALARIÉS

Pour la DG MMA, à l’instar de ce qui s’est passé pour tout le groupe, la période de pandémie s’est caractérisée par une importante baisse d’activité les 2 premières semaines et depuis peu, le retour de flux.

Dans l’immédiat et a minima, jusqu’au 2 juin, le maintien du télétravail est la règle de principe adoptée. En effet, la volonté affichée n’est pas de faire revenir l’intégralité des salariés sur le lieu de travail et quelles que soient les directions métiers, il est prôné un retour progressif.

Les retours sur site, ponctuels ou permanents, restent exceptionnels et contraints par l’impossibilité matérielle à télétravailler ; salariés en zone blanche, non équipés. En tout état de cause, ils se feront dans le respect des mesures sanitaires et de distanciation. Le projet présenté nécessite toutefois une clarification de la notion de volontariat pour les Directions Indemnisation et Entreprises.

En parallèle de ces mesures, la DG MMA instruit l’étude d’une dotation complémentaire en PC portable, en lien avec l’informatique, ce dont nous pouvons également nous réjouir car cela permettra de réduire encore plus le nombre de retours sur site.


UNE VIGILANCE PARTICULIÈRE POUR LES ITINÉRANTS

Bien que les élus CFDT entendent la nécessité de répondre présent à la reprise du business, le projet appelle notre vigilance particulière pour la population des commerciaux itinérants. En effet, la cartographie des départements à risques, l’indisponibilité des services de l’hôtellerie et restauration et la préconisation réglementaire limitant à 100 km les déplacements sont autant de raisons légitimes de limiter les déplacements de nos itinérants.


FIDÉLIA : UNE REPRISE D’ACTIVITÉ SUR SITE LIMITÉE À QUELQUES SALARIÉS

Pour Fidélia, l’augmentation de la capacité à télétravailler est remarquable. Une dotation supplémentaire de 600 mini PC a été obtenue. Les retours sur les sites de Nantes, Tours et Saint-Cloud dans la période de transition sont ponctuels pour la majorité des salariés (sauf ceux refusant le télétravail). Ils permettront le retrait au fil de l’eau du matériel dans des conditions sanitaires strictes.

Le retour sur site est imposé pour les 128 salariés dans l’incapacité de travailler à distance, en respectant les mesures sanitaires et de distanciation.


VEILLER AUX RISQUES PSYCHOSOCIAUX DANS UNE SITUATION DE TÉLÉTRAVAIL CONTRAINT COUPLÉ À LA GARDE IMPOSÉE DES ENFANTS SCOLARISÉS À MAISON

La prolongation du télétravail pour l’ensemble de ces Directions caractérise une gestion de sortie de crise pragmatique et soucieuse de la mise en place de mesures sanitaires visant à protéger les salariés. Néanmoins, il convient de rappeler que la productivité attendue en situation de télétravail contraint, aggravée notamment avec une reprise de l’école très aléatoire, est bien à distinguer de celle du volontaire.

Enfin, en prévoyant de saisir tous les 15 jours la CSSCTE, et de réunir les RP par skype et/ou vision, la Direction se veut rassurante sur un suivi au plus près de cette sortie de confinement progressive.

Compte tenu de ce qui précède, tant sur la partie sanitaire que sur les mesures de prolongation généralisée du télétravail, les élus CFDT au CSEE Le Mans rendent un avis favorable au projet de sortie de confinement.

SORTIE DU DÉCONFINEMENT À COVÉA AVIS DE LA CFDT SUR LES MESURES SANITAIRES ENVISAGÉES

UN BON PROJET DANS L’ENSEMBLE AVEC DES POINTS DE SURVEILLANCE

Pour la première fois de notre histoire, la société française et toutes ses composantes se sont retrouvées face à une situation aussi imprévue que dangereuse…

Imprévue parce que, il y a encore quelques semaines, personne n’aurait imaginé que la population française allait se retrouver confinée chez elle pendant 2 mois. La liberté de circulation a été remise en cause par un virus aussi contagieux que soudain ;

Dangereuse parce que, elle mettait à la fois en péril la santé physique des citoyens, mais aussi, la santé économique d’un pays tout entier.

Notre entreprise a su s’adapter et a très vite réagi en mettant la quasi-intégralité de ses salariés à l’abri, à la fois physiquement, mais aussi financièrement, en décidant de verser la participation et intéressement en temps et en heure (alors qu’il était possible de reporter jusqu’en décembre 2020), mais aussi en faisant le choix fort de ne pas recourir au chômage partiel.

Le travail de confinement et de sécurisation s’est déroulé rapidement, avec une protection des salariés primant sur les obligations économiques.

Mais tout cela est déjà loin… 60 jours se sont écoulés, le président a parlé, et le déconfinement va commencer. Le déconfinement va également commencer chez COVEA, dès le 11 Mai, dès que possible en réalité.


LA DIRECTION DOIT APPORTER LA PREUVE QUE TOUT EST MIS EN ŒUVRE POUR ASSURER LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES SALARIÉS

Des mesures fortes ont été présentées, l’entreprise ayant une obligation de moyens « renforcée » selon les dires de la ministre du Travail, c’est-à-dire qu’elle doit prouver à qui de droit que tout a été mis en œuvre pour assurer la sécurité des salariés, tel que demandé également par le secrétaire général de la CFDT.

Ces mesures fortes, complètes, ont donc été présentées à l’ensemble des organisations syndicales, non sans avoir fuitées auprès des directions métiers auparavant.


Pour rappel : Le respect des instances et la primeur des informations aux représentants des salariés sont la base d’un dialogue social réussi.

Les mises à jour des RI et du DUER sont des éléments importants dans la construction de l’après COVID, et permettent de mesurer la prise de conscience de la direction et la volonté de protéger les salariés du groupe.


LE TÉLÉTRAVAIL RESTE LA RÈGLE POUR PLUS DE 13 000 COLLABORATEURS AU SEIN DE COVÉA

Les élus CFDT sont satisfaits de constater que les directions transverses telles que la DTSI, DGI et la DIARD restent à l’écrasante majorité en télétravail. C’est un très bon signal envoyé à nos collègues, en reconnaissant la qualité de leur travail fourni durant ces 2 mois malgré l’éloignement, et en continuant à les protéger au maximum.

Les salariés MMA, PJ et Fidélia, dans leur quasi-totalité, restent également à leur domicile.

Les directives gouvernementales sont bien suivies. Le télétravail restera donc la pierre angulaire de la sortie de confinement chez COVEA avec environ 13 000 salariés qui seront concernés. D’autres directions, DSP, DAV ont opté pour un retour plus progressif de leur effectif sur sites avec bienveillance.


CERTAINES DIRECTIONS ENVISAGENT DES RETOURS SUR SITE TROP RAPIDES

Mais pour le reste, il existe des décisions de directions métiers, voire des directions de marques qui nous interpellent.

Ces mesures de déconfinement, aussi fortes soient-elles donc, risquent de ne pas aussi protectrices pour tous les salariés.

Avant de revenir sur le lieu de travail, il faudra dissiper les peurs, sentir de la bienveillance, de l’accompagnement…  

La CFDT a toujours considéré que le dialogue était une réponse aux difficultés sociales d’une entreprise. Alors dialogue, écoute et empathie il doit y avoir. L’urgence économique est une chose, la sécurité et la sérénité des salariés en est une autre, et pourtant, ces éléments ne sont pas incompatibles.


UN PROJET DE DÉCONFINEMENT PLUTÔT BON AU GLOBAL, MAIS CHAQUE CSEE DOIT RESTER VIGILANT QU’AU DÉPLOIEMENT PAR MAISON

Des alertes très fortes ont d’ailleurs été émises par les élus CFDT dans les CSEE concernés. Les élus du CSEC sauront vous interpeler sur ces sujets si les situations anxiogènes n’évoluent pas.

Pourtant, la CFDT le répète, ce projet de sortie de confinement est un bon projet.

Il existe malgré tout de vraies problématiques dans les grandes agglomérations ainsi que la région parisienne. L’entreprise a déjà fait un premier pas vers les collaborateurs en prenant en charge certains coûts liés à l’usage de transports individuels, mais cela ne suffit pas. Certains devront encore utiliser les transports collectifs. Il faut encore renforcer les plans d’accompagnement et de protection pour que ces collaborateurs soient rassurés.

Également, il n’est pas prévu d’avoir obligatoirement une présence sur les sites de SST.

Ceci est une demande forte de la CFDT : la mise en sécurité de nos collègues passe également par le fait d’avoir des référents formés à la mission sur les grands sites.

DE L’IMPORTANCE D’ACCOMPAGNER LES PERSONNES VULNÉRABLES

De plus, la période de 2 mois de confinement a pu rendre certains salariés vulnérables, la direction a prévu de les accompagner au mieux, et n’oublions pas nos managers, maillons forts de l’entreprise qui auront besoin également d’un accompagnement important.

S’ASSURER DE L’APPLICATION DU DISPOSITIF PAR LES MANAGERS

Les niveaux intermédiaires de la cordée managériale doivent appliquer les mesures édictées par COVEA et ne pas mettre une pression excessive sur les managers de proximité. Personne ne doit rester sur le bord de la route.

Les réponses apportées dans les différentes instances centrales ont permis de nous rassurer quant aux ambitions de la direction COVEA et sur sa bienveillance.

Mais aucun blanc-seing ne peut être donné si les consignes ne sont pas les mêmes entre les directions métiers et les élus des CSEE CFDT sont très en alerte sur ces sujets.

Fort de tous ces éléments, prenant en compte le très bon travail préparatoire de la direction mais sans oublier les inquiétudes de certains collègues, et compte tenu du périmètre sur lequel le CSEC est consulté la CFDT donne un avis positif sur les mesures proposées.

Des avis différents ont été émis de la part des élus CFDT dans les CSEE car des problématiques fortes spécifiques aux établissements existent. Vous devez les écouter.

La CFDT sera particulièrement vigilante sur ces points, sur la déclinaison opérationnelle des mesures et souhaite que le suivi de ce déconfinement, qui sera réalisé au travers de la CSSCTC, également au travers des CSSCTE, permettra de corriger certains écarts de traitement, pour que la sortie de confinement se passe dans les meilleures conditions.

CSEE LEVALLOIS DU 12 MAI 2020 DÉCONFINEMENT : AVIS CONSULTATIF

PETITE RETROSPECTIVE DU DECONFINEMENT AU SEIN DE COVEA ET DE GMF EN PARTICULIER

Une remise en perspective est nécessaire :

Le 5 mai

nous nous sommes réunis lors de l’instance du Comité Social Économique Centrale pour une présentation des mesures transverses à notre groupe,

Le 6 mai

nous a été présenté au sein du CSE Établissement Levallois la déclinaison par maison pour chaque Direction

Le 7 mai

c’est le gouvernement qui informe de l’état d’avancée de la pandémie et des modalités de reprise pour les français avec une hypothétique sortie de confinement annoncée le 11 mai en fonction des situations.

Nous attendions tous avec impatience les mesures retenues par les Directions de Covéa, à défaut de les avoir discutées en amont avec les partenaires sociaux.

Certaines modalités avaient déjà été déclinées en avril par la ligne managériale (avant même l’intervention précédente du 1er ministre), sous forme de recensement ou de pistes de réflexions selon nos Directions, malheureusement trop souvent comprises comme des directives par les collaborateurs concernés…

Et encore une fois sans en faire état aux instances représentatives.


UN CONFINEMENT PLUTÔT RÉUSSI

Pour autant en toute objectivité durant cette période de mise en confinement, il faut reconnaître que le groupe a déployé tous les moyens à sa disposition pour nous préserver rapidement.


Mettre en place le télétravail pour 98% des 21000 salariés du Groupe. Notamment pour notre Direction Générale GMF ce qui relève de l’exploit puisqu’étant héritière de la dette technologique accumulée depuis des années…


La plupart des 2% restant étant des collègues de notre périmètre Levalloisien. Opter pour le « Télétravail générique » permettant à ses collaborateurs de concilier activité professionnelle et garde d’enfant sans les pénaliser en temps de travail était un réel avantage.


Il est aussi à souligner qu’aucun salarié n’est passé en chômage partiel et qu’importe la durée de travail effectuée, tout le monde a été pleinement payé et les primes ont bien été versées.


Les mesures barrières ont été respectées, des aménagements horaires ont été adaptés pour le personnel devant encore se rendre sur site et des primes de déplacements ainsi que pour le télétravail ont été octroyées.


L’activité commerciale qui est le cœur de bon nombre de métiers a été reléguée au second plan, ne pouvant malgré tout être complètement oubliée par certains.


UN PLAN DE REPRISE D’ACTIVITÉ AU NIVEAU DU GROUPE SALUÉ PAR LA MÉDECINE DU TRAVAIL

La présentation qui nous a été soumise en Centrale témoignait de toute la considération portée à l’égard des mesures sanitaires, à ses dotations, à l’adaptation en fonction des typologies des métiers, des personnes vulnérables, grâce au travail des cellules ainsi qu’aux Directions dédiées à cette réalisation et même la Médecine du Travail a salué ce plan de reprise.

Le télétravail est maintenu comme le préconisait le gouvernement et généralisé au plus grand nombre. A ce stade en toute objectivité les décisions du Groupe étaient à saluer.


TOUTEFOIS UNE MISE EN ŒUVRE DANS LES DIFFÉRENTES MAISONS PLUS DISPARATE ET INJUSTE SELON LES DIRECTIONS

Puis est venue la présentation déclinée par « Maison » et alors celle-ci a révélé des disparités, pire un manque de cohérence, de coordination et d’équité de traitement entre les Directions métiers :

Certaines proposant le TT généralisé

et d’autres un retour sur sites jusqu’à 40% des salariés avec des aménagements horaires pour les uns et une pleine reprise pour les autres.

De plus, suite aux annonces présentées en instance, nous avons appris que le télétravail générique ne serait plus d’actualité à la Direction Générale GMF.

La CFDT a acté son désaccord en instance dès qu’elle en a eu connaissance.


DE L’IMPORTANCE DE PRENDRE EN COMPTE LES SALARIÉS OBLIGÉS DE GARDER LEURS ENFANTS

Après 55 jours de confinement malgré les incertitudes et les disparités sur la réouverture des écoles, sur la réouverture de toutes les classes, sur le seuil du nombre d’enfants capable d’être accueillis ainsi que la fréquence des roulements lorsqu’ils existent, sur les gardes périscolaires, sur les transports afin d’acheminer les enfants comme les adultes… Dans ce contexte troublé par des circonstances aléatoires, il est pourtant nécessaire d’avoir des décisions claires et relayées comme tel à tous les niveaux.

Lors de nos échanges avec les Directeurs concernés sur le temps de travail effectué et payé respectivement, il nous apparaissait, face aux nombreuses contraintes qui façonnent cette reprise approximative, que l’argument de la Direction sur la différence de traitement entre les salariés physiquement présents et ceux télétravaillant était recevable mais non contentant.

Si nous pouvons comprendre que les salariés présents physiquement devront réaliser pleinement leurs heures, la Cfdt n’accepte pas que les salariés à l’horaire ne pouvant scolariser leurs enfants, devant faire classe à la maison, et qui ne pourront réaliser leurs horaires de travail habituels soient pénalisés.

Ils sont tributaires de la situation et le nombre d’heures non effectué impacteraquotidiennement leur compteur en débit jusqu’à la fin de la période. Et de quelle fin de période parle notre Direction ? Le 2 juin ? La pleine reprise scolaire ? La fin de l’année ? La baisse du taux de propagation du virus mais jusqu’à quel niveau ? L’allègement du taux de remplissage des Hôpitaux ? L’arrivée de traitements ou d’un vaccin ?

Nombreux sont les témoignages de solidarité qui ont émergés durant ce confinement, il serait pour nous injuste d’entériner cet élan avec des mesures préjudiciables pour ceux qui subissent une telle situation alors nous avons insisté pour que le télétravail générique perdure jusqu’aux prochaines annonces gouvernementales qui jalonneront l’étape suivante, celle du 2 juin.

Heureusement après avoir été relayés par nos interlocuteurs RH, nous avons été écoutés et surtout entendus par notre Direction, nous les en remercions. Cette prise de décision est profitable à tous les niveaux, bénéfique à l’ensemble des salariés mais aussi à notre Direction Générale GMF qui témoigne la confiance qu’elle adresse à ses collaborateurs qui, comme les remerciements exprimés dans le podcast de notre Directeur Général, sauront s’impliquer et contribuer à la parfaite réussite de cette reprise d’activité.

Encore une fois les principes et les modalités sont bien définis au travers des nombreux documents remis mais leur appropriation au regard des délais et des retours que nous en avons semblent plutôt s’apparenter à de la précipitation.

Pour la Cfdt il aurait été plus sage de faire de la semaine du 11 mai, une semaine de transition pour parfaire l’environnement de reprise et éviter les dérives d’interprétations des différentes strates, que nous pensons non intentionnelles mais bien maladroites, eu égard au volume d’informations, de préconisations et de moyens à absorber dans un laps de temps aussi réduit.

Par conséquent nous aurions souhaité donner le temps nécessaire à chacun, à son niveau, pour s’approprier la pleine connaissance de ces mesures et éviter la confusion dans cette période déjà troublée, la Cfdt prend donc acte du plan de reprise présenté en s’abstenant.