Auteur : webm@ster

Avis de la délégation CFDT au CSEE des 15 et 16 décembre 2020 sur le projet de dénonciation du contrat de retraite à prestations définies des cadres de direction

Le projet de dénonciation du contrat Art 39 dont bénéficient les directeurs s’inscrit dans la continuité des actions de mise en conformité du contrat avec les dispositions récentes de la Loi Pacte.

Pour rappel, les droits instaurés au titre de ce régime ont été gelés à effet du 1er janvier dernier et aucun bénéficiaire n’a pu y adhérer depuis cette date.
En parallèle la majorité des directeurs concernés a rejoint la structure Covéa D, perdant de fait tout droit aux prestations prévues par ce contrat.

Seuls auraient pu continuer d’en bénéficier les quelques collaborateurs dont la pesée de poste, ou la situation personnelle en fin de carrière, a conduit à les positionner en classe 7.

À horizon 2023 9 salariés sur les 21 concernés seraient encore bénéficiaires théoriques du régime dont la dénonciation serait compensée, à partir de cette date, par une prime égale à 5% du salaire brut.


On note toutefois qu’aucune compensation n’est prévue pour la période 2020-2022, ni pour les salariés présents en 2023, ni pour ceux qui auront quitté l’entreprise avant cette date, mais que tous les collaborateurs concernés ont été personnellement informés des conséquences de la mesure envisagée.


La CFDT souligne par contre que si la prime en question semble loin de compenser le service de la rente viagère prévue au contrat à dénoncer, chaque collaborateur conserve en revanche le bénéfice du contrat de retraite à cotisations définies.


La délégation CFDT prend acte de ce projet de dénonciation.

COMPTE RENDU CSEE 16 ET 17 DÉCEMBRE 2020

Intervention de Jérome Roncoroni, Directeur Général GMF

Jérôme Roncoroni, nouveau DG est venu se présenter lors de ce CSEE par Skype.
Il nous dit avoir conscience de la forte culture GMF et en partage les valeurs. Il souhaite visiter les CCC, Agences et CG en 2021.
A ce jour il ne va pas casser une machine qui va bien et des évolutions sont à venir. La direction prise précédemment lui va plutôt bien et il ne voit aucune raison de la modifier.

Il nous fait un bilan en 4 phases de la situation 2020 : l’année démarre bien. Au 1er confinement, toutes les agences sont fermées ; il n’y a plus de visites, une baisse des appels mais une forte augmentation de l’utilisation de la messagerie sécurisée.
Au déconfinement, les visites reprennent mais pas au même niveau. Il en va de même pour les appels entrants et la forte utilisation de la messagerie sécurisée perdure.
Au 2è confinement, l’utilisation de la messagerie sécurisée continue d’augmenter. Les visites et appels, eux, sont stables.


Bilan pour les Réseaux : les petites agences plus soutenues en 2021 ?

En 2020, on constate donc pour le réseau une augmentation de 87% pour l’utilisation de la messagerie sécurisée.
Pour l’auto, nous sommes sur une tendance à – 2,5% en AN par rapport à 2019. Heureusement les chutes baissent ce qui permet de dégager un meilleur solde net. La Direction a mis 3 fois plus de moyens commerciaux que les années précédentes. L’année 2021 s’annonce floue pour tout le monde.
Mr Roncoroni connait la difficulté des agences de 2 personnes. Il souhaite soutenir ces agences par des embauches en plus dans le Réseau (avec un focus mis sur les petites agences).
Vos élus CFDT ont interpellé la Direction sur des mesures salariales pour les collègues des agences et les itinérants qui ont été sur site pendant toute la crise ? Mr Roncoroni nous répond qu’ils sont en train de regarder la situation


AIS : de futurs investissements pour améliorer RSI ?

Alors que les sinistres Auto sont en baisse, la tendance est à l’inverse pour l’IARD, avec des sinistres « climatiques » en hausse ». Il existe un problème de tâches et des améliorations sont prévues.

Les grands projets AIS à venir sont :

Le Déploiement de la GED qui continue,

La gestion des Flux,

La Téléphonie sur IP

L’amélioration continue de RSI avec des investissements à mener, « quoiqu’en pensent les gens de COVEATECH »

Notre DG, M. RONCORONI a conscience de la dette technologique (notamment dans les CG comme Edouard VEILLEFOND avant lui), et que le travail des salariés est terriblement impacté par les nombreux incidents journaliers et les outils d’organisations perfectibles.

Quant aux embauches dans les CG, il nous dit que Philippe RONDEAU, Directeur d’AIS, a déjà fait beaucoup mais le sujet est toujours en cours, notamment en répondant pour partie aux demandes de la CFDT lors des embauches ayant eu lieu les années précédentes.

Un point sera fait sur les objectifs à la fin de l’exercice 2020, compte tenu du 2è confinement.

Questions Internes CSEE

A partir de 2021, les commandes se feront en avril avec un paiement sur 8 mois et une livraison en janvier.

Vote des Elus pour une commande de rattrapage des Chèques vacances payables en 1 fois.
La date limite de commande fixée au 27 novembre n’a pas été rappelée comme cela est fait généralement et de nombreux collègues n’ont pas pu faire leur commande.


Projets sous-commission Voyage pour 2021

Le budget alloué n’a pas été consommé avec les voyages proposés dans le catalogue.
Les Elus du CSEE votent à l’unanimité pour de nouvelles dates 2021 qui seront envoyées au fil de l’eau (avec des week-end ou séjour à Rome, en Corse, à Malte, en Martinique, en Guadeloupe, à New York).

  • Les week-ends seront subventionnés à hauteur de 300 euros pour le salarié /100 euros pour son concubin, conjoint, partenaire de pacs / 100 euros pour son enfant.
  • Les séjours seront subventionnés comme l’activité voyage existante.
  • La priorité sera donnée aux salariés qui ne se sont pas inscrits sur un voyage 2021 et qui feront leur demande en premier. Les salariés déjà bénéficiaires d’un voyage 2021 ne sont pas exclus mais n’auront pas de subvention.

Questions DAV

Campagne de frais à 0 %, ce n’est pas un changement de stratégie !

Le chiffre d’affaires a chuté de 45% et il n’était pas possible de rester dans cette situation. Une dynamique Vie a donc été mise en place dans les agences avec une offre ponctuelle, soutenue par des messages d’information aux sociétaires (frais de versement offerts).
Cette opération ne change pas la stratégie globale.
Les élus soulignent que les CF se retrouvent en porte à faux car ils n’ont pas été prévenus avant. Une communication de la ligne managériale aurait été judicieuse pour leur permettre de s’organiser et si celle-ci était à reconduire alors il faudrait les aviser plus en amont.

Le 2è confinement, ne donnera pas lieu à de nouveaux objectifs (même principe pour la Direction du Développement). La DAV précise en outre que suite à l’opération « collector » les RDV sont en hausse.


Point sur les recrutements en cours à la DAV

19 CF venant de MMA sur 34 ont été recrutés et seront en formation début janvier.  Une cartographie de la répartition des CF est en cours.
3 Managers Commerciaux Vie (MCV). Les 2 de la région parisienne sont validés, celui de l’Est est encore en cours de recrutement au 17/12. Les 2 MCV de Paris viennent de MMA. Nous nous étonnons du très faible nombre de managers DAV issus de la GMF !

Alors que certains MCV voulaient imposer aux CF de prendre leur 2 Janvier en CP (les applicatifs de GMF Vie ne fonctionnant pas), la DAV nous répond qu’il s’agit d’une proposition et non d’une obligation.
“Proposer” rime avec “Imposer”, mais ce n’est pas tout à fait la même chose !

Questions RH

Coût de la Complémentaire Santé des retraités

Vivinter permet de maintenir une couverture santé à l’identique pour les retraités. Les tarifs ont été mis en place en 2017 avec une cotisation basée sur le PMSS : 2.19% du PMSS la 1ere année, 2.73% du PMSS la 2eme année, 3.27% du PMSS la 3ème année et les suivantes


Impact des arrêts maladie sur les primes

Pas d’impact jusque 90 jours d’arrêt maladie, les primes vacances et 13eme mois sont maintenues. Au-delà de 90 jours le relais est pris par les IJ (les primes y sont incluses)

Questions Direction du Développement (présence de Sylvie Kordeusz)

Adaptation des objectifs suite au 2eme confinement

Les objectifs ne seront pas revus car les conditions sont différentes de celles du 1er. D’ailleurs, l’auto se porte bien depuis la sortie du 1er confinement et le solde net sera même positif.

Confirmation des RDV en agence

Il semble que la liste des documents que les sociétaires doivent fournir ne soit pas rappelée dans les SMS de confirmation des RDV, ce qui entraine des complications. Sylvie Kordeusz rappelle qu’initialement il n’y avait pas de sms de confirmation et qu’il appartenait aux agences de faire ce rappel la veille …. Avec un succès mitigé.
Elle nous indique que dans le texte actuel il y a confirmation du RDV avec la possibilité de le décaler, confirmation des pièces à apporter, et que le port du masque est obligatoire !


Travail des samedis 26 Décembre et 2 Janvier.

Ce sont des jours travaillés normaux, non… ?

Questions pour les CCC

  • Aucune heure complémentaire n’est prévue pour les CCC cette année.
  • La durée moyenne de communication (DMC) est une durée « cible » qui ne sera pas revue par rapport à la P3CO, malgré les dysfonctionnements techniques, la lenteur du système et le matériel qui n’est pas adapté pour le télétravail épidémie.
  • La GMF fait appel à des sous traitants pour appeler 25 000 prospects et 4 CCC reçoivent les callback. Sylvie Kordeusz nous dit qu’il ne s’agit que d’un test, d’où 4 CCC seulement choisis, et que cela ne changera rien pour les autres…
  • Quand au temps de log des CCC, elle nous dit que ce temps est bien contenu, que c’est une consigne et pas un objectif ! Donc rien à changer de ce côté-là.
  • Les Elus font par de l’inquiétude dans les CCC quant à leur temps de travail avec le changement de Convention Collective prévue. Sylvie KORDEUSZ nous répond qu’il n’y a pas d’inquiétude à avoir. Nous négocierons le changement de Convention Collective Courtage vers Assurances cette année.

Questions pour les agences

  • Formations en @Learning : demande de temps pour les faire ! : Un rappel va toutefois être fait aux DR pour que ce temps soit bien dégagé pour les salariés ainsi que pour consulter les actualités du Groupe.
  • Problèmes de joignabilité des CG par les agences. Une ligne rouge dédiée pour les agences vers les CG serait vite surchargée. Elle rappelle que les appels Réseau doivent être traités comme prioritaires. Sinon il existe l’AGD Spécifique Sinistre qui doit aussi être traité comme prioritaire !
  • ACDV (appels sortants) des agences. La consigne est de se concentrer sur les appels sortants et la prise de RDV alors que certaines agences comptaient sur l’ACDV pour remplir leurs critères P3CO. Sylvie Kordeusz rappelle que la mission principale d’une agence c’est la réception des sociétaires. La mission ACDV existe mais elle est en dernière position des tâches à effectuer en agence ; une agence à jour de son plan de travail peut donc se mettre en ACDV. MAIS il y avait parfois éloignement de la mission 1ere des agences d’où le recentrage sur la réception.
  • Réclamations en agences et CCC. Il y a beaucoup de réclamations et demandes de réductions tarifaires par rapport au confinement. Sylvie Kordeusz nous explique que l’on a fait et que l’on continue à faire des gestes de fidélisation ; mais nous ne pouvons pas contenter tout le monde. Le traitement de ces réclamations et demandes fait partie de notre travail et ça fonctionne bien ! le client qui s’exprime est un client qui veut rester. Le réseau physique est là aussi pour prendre les réclamations !
  • La communication GMF est très bien faite et tous les baromètres extérieurs le disent. On ne va pas traiter tous les sujets par de la communication générale, c’est impossible ! Nous sommes toujours dans la fidélisation. Toutefois, les élus répondent que si les salariés n’en peuvent plus c’est qu’ils ne sont pas assez armés pour le faire ! Sylvie Kordeusz ne dit pas que c’est facile, mais qu’il faut apprendre à traiter ces sujets-là, et elle prend la responsabilité de renforcer nos compétences sur le sujet ! « Garder sa sérénité ça se travaille !!!!! »

Questions Direction Indemnisation (présence de Philippe Rondeau et Isabelle Tavares)

L’atelier Sinistre de Saran va être prolongé. La prolongation de 6 CDD tient au fait que certains sont partis. Des recrutements sont en cours.

Les CG connaissent un gros retard dans le traitement des AGD émanant du réseau et des CCC. Un rappel est fait pour l’utilisation des AGD spécifiques Sinistre qui sont prioritaires, mais cela ne fait que mettre des AGD supplémentaires et aggraver le retard ! Les élus insistent sur la nécessité de repenser le système et sur le manque cruel d’informations sur la situation des CG dans les agences et CCC !!!

Une entraide se fait entre CG pour tenter de réduire les retards…

Il y a baisse des stocks en Auto plutôt qu’en IARD (c’est aussi lié aux effets du 2eme confinement sur la circulation Auto). Le travail du samedi a contribué à améliorer la situation des stocks

Détachement de 3 mois pour certains salariés Certains salariés ont été détachés pendant 3 mois. Cela s’est fait dans le cadre de missions (et pas d’une réorganisation) proposées à des collaborateurs des CG pour des fonctions d’ATS. Ces salariés conservent leur rémunération et leur prime P3CO est suspendue pendant le temps de la mission (pour rappel, les ATS n’ont pas de P3CO) … les élus expriment leur étonnement, car pas de mieux en salaire et prime suspendue ? Philippe Rondeau répond qu’il y aura prise en compte de l’engagement de ces collaborateurs. Il existe des primes correspondant à la prise en compte d’une activité exceptionnelle… Nous restons vigilants, pour pas que cela ne passe à la trappe. Ces salariés en mission seront remplacés par des CDD.

Point divers sur la gestion des temps en CG :

Compteurs des CG

La direction répond à l’inquiétude formulée quant à l’annonce selon laquelle les compteurs doivent être à zéro pour la fin d’année : les heures supplémentaires font l’objet d’une comptabilisation à part et sont ouvertes par le manager.
Le compteur débit/crédit est justement bloqué pour que cela puisse passer.

Campagne JATT

Tous les salariés ont eu une réponse à leur demande de changement de formule JATT. Les corrections des plannings pour janvier et février sont faites.
Les personnes en congé maternité seront consultées à leur retour pour étudier leur demande.

Planification à 3 semaines & compteur débit/crédit

Le compteur débit/crédit est actualisé au jour le jour, s’affiche sur la page d’accueil et est facilement consultable.

Les salariés qui étaient en arrêt pour la campagne Télétravail pourront candidater à nouveau en Janvier 2021

Missions des POP 


La fiche métier POP a été mise à jour fin 2019, il n’y a pas eu de changement sur les missions.

Etonnant, car les POP vont faire de moins en moins de pilotage pour passer des commandes (ce qui est plutôt une mission de moyens généraux, mais le Direction a supprimé ce service dans les CG). Cette évolution ne correspond pas à ce qui a été initié au début !


DECLARATION CFDT – CSEE DES 16 & 17 DECEMBRE sur le projet d’évolution de l’organisation du Service Technique Indemnisation de la Direction indemnisation

Cette évolution a pour objet d’homogénéiser les process et les outils au sein du groupe grâce à la réorganisation des composantes du Service Technique Indemnisation que sont :

Le Matériel Auto

Les Dommages Habitation

Le Sinistre Indemnisation

Les Risques Spécifiques

La Lutte Anti-Fraude

L’Animation Gestion Déléguée

Il a d’ailleurs été mentionné, dans ce contexte, la dimension de « forts enjeux financiers », ceux-là auraient donc mérités d’être traduits en chiffre dans le document ou tout du moins d’être évoqués lors de sa présentation afin de mieux appréhender leurs ampleurs et pouvoir ainsi en mesurer leurs effets à terme.

Une possibilité qui reste encore offerte à la Direction Indemnisation.

Si nous entendons la volonté de valoriser les activités et missions du STI pour améliorer sa performance opérationnelle, mener à bien les nouveaux projets et ainsi participer à l’évolution de la DI, évolution que la CFDT appelle de tous ses vœux, nous avons souvent lu et malheureusement trop souvent constaté ce que traduisait « replacer le manager au cœur de l’activité de ses collaborateurs ». Poser cet objectif en le structurant par une culture de la performance et de l’animation managériale, admettant donc que celle-ci n’est pas aux attendus, engendre quelques fois certaines maladresses, pour ne pas dire excès de zèle, et de fâcheuses déconvenues au sein des équipes.

Gageons que ce qui pourrait être n’est pas encore mais la CFDT restera attentive à cette mise en place et surtout à sa pratique.

Avec la spécialisation des Centres de Gestion, équilibrer les périmètres d’activité autour de 2 domaines IRD & Auto est un prolongement logique à l’organisation établie et souhaitée par la DI.

Renforcer la ligne managériale par l’ouverture de 2 postes et renforcer le pilotage par une création de ressource supplémentaire est à saluer.

Pour autant si cette évolution d’organisation n’entraine pas de changement de métier, de site, d’outils et que vous préservez l’intégralité des collaborateurs ainsi que ceux se destinant prochainement à partir en retraite, renforcer certains collectifs de travail auraient été et restent souhaitable, nous affirmons même que c’est nécessaire.

Certains services, pour ne pas le citer, sont en souffrance depuis trop longtemps mais la CSSCT s’assure déjà des mesures prises et à venir donc nous attendrons leur plein exercice afin de s’appuyer sur l’analyse des résultats et sur ses effets au sein des équipes.

En conclusion la CFDT ne peut être contre à ce projet qui s’inscrit dans la droite ligne des organisations existantes mais elle restera vigilante quant à son déploiement autant qu’à son appropriation et à son exécution, la CFDT prend donc acte sur le projet d’évolution de l’organisation du Service Technique Indemnisation de la Direction indemnisation.

Avis des Élus CFDT sur le Projet d’évolution d’organisation de la Direction Développement Courtage & Marché Entreprises

Le 3 novembre 2020 lors du CSEE Le Mans, la Direction nous a présenté le projet d’évolution d’organisation de la DDCME baptisé « Opérations Entreprise ».

CE PROJET SE STRUCTURE AUTOUR DE TROIS ENJEUX :

  • Un enjeu économique : contribuer activement à la rentabilité du portefeuille en adoptant une organisation par branche technique alignée sur celle de la souscription et de l’expertise.
  • Un enjeu opérationnel : Faire évoluer le modèle managérial en s’alignant sur le référentiel métier COVEA et rendre l’organisation plus cohérente avec celle des autres entités.
  • Un enjeu relationnel : avoir des équipes mieux armées pour répondre aux attentes des clients.

CETTE RÉORGANISATION SE TRADUIT PAR :

  • La mise en place d’une organisation par branche technique (DAB – RC et Marchés Spécialisés, BTP) et l’accompagnement des changements induits par le programme CLEAR et Simplifions MMA.
  • Le regroupement des CCARC sous la responsabilité d’un manager dédié afin d’animer la montée en compétence des équipes de façon harmonisée.
  • La constitution d’équipes homogènes en rééquilibrant la charge d’activité.

Pour ce faire, il est envisagé le transfert de l’activité Dommages aux biens du site de Paris sur les sites du Mans et de Chartres, au sein de la nouvelle entité Dommages aux biens.

Les effectifs de l’équipe Dommages aux biens Paris (5 des 8 ETP actuels) seront intégrés et viendront en renforcement de l’activité de l’équipe Appui — Assistance et Conseil. Selon la direction, cette équipe Appui devra être polyvalente sur les 3 marchés et devra transférer le portefeuille Dommages sur CPQ jusqu’à fin 2022.

Les équipes Risques techniques, Professions libérales du chiffre et du droit et RC Paris, Flux spécialisés, seront rattachées au sein de la nouvelle entité Responsabilité Civile et Marchés Spécialisés.

Enfin la création de 3 équipes Assistance et Conseil regroupant les CCARC est prévue, chacune d’elle sera rattachée à l’une de ces 3 nouvelles entités DAB — RC et Marchés Spécialisés – BTP.

CE PROJET S’ACCOMPAGNE DES CHANGEMENTS ET IMPACTS SUIVANTS POUR LES SALARIÉS :

Pour les Managers :

  • Rattachement d’1 manager de domaine (classe 7) à un métier de manager d’expertise/coordination dédié à sa branche d’activité (classe 6) avec maintien de la classe actuelle à titre personnel et de la rémunération.
  • Rattachement des 8 managers d’expertise/coordination (classe 6) à un métier de manager de proximité avec maintien de la classe actuelle à titre personnel et de la rémunération.
  • Création de 3 postes de manager d’expertise/coordination (classe 6) « Assistance et Conseil » qui manageront les 3 équipes de CCARC.

Pour les CCARC et CSG :

  • Changement de rattachement hiérarchique des CCARC (rattachement au manager du pôle Assistance et Conseils) sans changement de métier, de domaine d’activité ni de zone géographique.
  • Rattachement des collaborateurs DAB Paris à l’équipe Appui-Assistance et Conseil (sans changement de métier ni de site).

Les collaborateurs traitant les Risques Techniques:

  • Les collaborateurs actuellement rattachés au pôle de gestion DAB Le Mans 1 dans le Département ICS seront rattachés au Pôle Opérations entreprise RC de l’entité RC & Marchés Spécialisés (Le Mans) sans changement de métier, ni de site.

L’équipe PCD :

  • Actuellement, elle constitue un pôle de gestion distinct. En cible, le rattachement des collaborateurs à l’équipe du pôle de gestion RC Paris est prévu afin de former le Pôle Opérations entreprise RC-PCD (Paris) sans changement de métier, ni de site. A terme, les collaborateurs seront polyvalents sur les 2 activités.

La CFDT entend et partage la volonté affichée par la DDCME d’améliorer la cohérence et la recherche d’efficacité opérationnelle sur un axe de développement stratégique pour COVEA.

La CFDT acte favorablement que cette réorganisation s’accompagne de la création de 8 postes : 5 CSG et 3 postes de managers de CCARC (166,90 vs 174,90 ETP en cible)

QUID DE LA PÉRENNITÉ DE LA CELLULE APPUI APRÈS 2022

Mais au-delà de ces considérations positives, la CFDT se pose la question de la pérennité de la cellule APPUI après 2022.

Une nouvelle fois, une réorganisation s’accompagne de la transformation de postes de managers d’expertise (classe 6) en manager de proximité (classe 5) et d’un poste manager de domaine (classe 7) en poste de manager d’expertise/coordination (classe 6).

A nouveau, l’incompréhension et la démotivation risquent d’accompagner ce choix, même si les managers concernés conservent leur classe et leur rémunération à titre personnel. Là aussi, le « fier et engagé » deviendra difficile à faire accepter par la DDCME, auprès des managers concernés.

La CFDT sera attentive à la situation des collaborateurs appelés à ne plus assurer les mêmes fonctions managériales.

L’accompagnement dans le changement devra être irréprochable, tant dans la gestion de l’humain que dans la gestion des ressources.

Même si l’homogénéisation et le rééquilibrage du nombre de collaborateurs au sein de chaque entité peuvent paraître une bonne chose, aucun élément chiffré concernant la charge de travail n’a été fourni dans ce dossier. L’adéquation du dimensionnement des équipes à la charge de travail est donc difficilement appréciable.

Compte-tenu de ce qui précède, la CFDT rend un avis défavorable au projet d’évolution de l’organisation de la DDCME, baptisé « Opération Entreprises ».

Avis de la CFDT au CSEE Le Mans sur le projet CAPTEN COVEA PJ

Le projet CAPTEN porte sur la convergence des organisations et des offres, il constitue la dernière étape du plan à 1000 jours mis en place à COVEA PJ. Hors Pôle Relation Client, il sera déployé le 1er février 2021 et entrainera des changements de métiers pour 3 collaborateurs, ainsi que des changements organisationnels.

On constate des transferts de collaborateurs, avec à l’intérieur de chaque pôle, un renforcement de la ligne managériale au sein de plusieurs entités et le rattachement de la structure Centre Relations Marques et Apporteurs à celle du Courtage – Sur mesure — Partenariats — Assistance Réseaux.

LA VOLONTÉ AFFICHÉE EST DE RENFORCER L’EFFICACITÉ OPÉRATIONNELLE DU PÔLE RELATION CLIENT.

Pour servir cette ambition, une organisation décloisonnée sera mise en place dès le 1er avril prochain, avec une mutualisation des flux IJ et GL sur l’ensemble des sites, quelle que soit la marque (MAAF, MMA et GMF).

LE MÉTIER DE JURISTE EN PÉRIL

Pour le service de l’information juridique, ce projet est une succession de mesures menaçant sérieusement l’intérêt pour le métier de juriste, voire sa survie, nous le verrons dans les développements à venir.

Dans l’immédiat, il nous semble incohérent qu’il soit mis un terme à la spécialisation du traitement des appels professionnels à l’IJ alors que le virage pro est largement entamé au sein du Groupe et de COVEA PJ. Par ailleurs, cela revient à nier la particularité de la relation avec un client professionnel et ses exigences en termes d’expertise.

SOUS-TRAITANCE DES PERMANENCES

Pour cette même population, les permanences 18 h 30-20 h en semaine et celles du samedi seront sous-traitées. De prime abord, c’est une bonne nouvelle pour l’équilibre vie privée et vie professionnelle, d’autant que cela est demandé depuis de nombreuses années. Néanmoins, les élus CFDT seront particulièrement vigilants à ce que cette sous-traitance n’excède pas les plages annoncées. Ainsi, nous rejetons formellement toute idée de sous-traiter in fine un pan de nos activités.

Ensuite, rappelons que depuis plusieurs années, il est fait appel à ce procédé. Cependant, à ce jour, il n’est pas possible de mesurer l’impact sur la note de satisfaction client. Ceci est préjudiciable à de nombreux égards pour l’entreprise, le client, et le juriste COVEA PJ. Nous demandons à ce qu’il y ait une véritable ventilation du traitement des notes de satisfaction client pour permettre ainsi de distinguer nos prestations de celles de prestataires extérieurs.

Quant à la GL, une convergence des dominantes est instaurée avec une part de polyvalence et des équipes définies selon 2 axes : litiges spécialisés/généralistes d’une part et phase judiciaire/phase amiable, d’autre part.

CRÉATION D’ÉQUIPES MIXTES POUR DIVERSIFIER LES MISSIONS ET PROPOSER UN UNIQUE INTERLOCUTEUR AU CLIENT

En outre, le projet prévoit un décloisonnement IJ/GL avec la création d’équipes mixtes afin de favoriser l’exode de l’IJ vers la GL et d’assurer une diversification des missions pour le collaborateur et un interlocuteur unique pour le client. De même, une équipe renfort interviendra en IJ ou en GL lorsqu’un besoin sera constaté, afin de traiter les appels ou les demandes clients.

DEUX ÉQUIPES, GESTION DÉDIÉE ET CONTRATS SPÉCIFIQUES/RCSM SERONT CRÉÉES

Ceci dans le but d’assurer une prestation sur mesure répondant aux spécificités du client, du contrat ou des process, et instaurer une relation forte avec les CAPJ et les courtiers. La CFDT regrette ici que cette mesure, frappée sous le sceau du bon sens pour notre business, n’ait pas également profité aux clients Pro et Entreprises. C’est l’une des incohérences et contradictions de ce projet.

LES ACTIVITÉS INDEMNITAIRES ET RECOUVREMENT DU SGR SERONT MUTUALISÉES SUR L’ENSEMBLE DES MARQUES

Il sera « proposé » aux conseillers relation client classe 3 de ce service de, soit conserver leur poste en rejoignant l’équipe renfort IJ/GL avec comme mission d’abattre des tâches à faible valeur ajoutée, soit de candidater aux postes classe 4 de conseiller technico-commercial ou de conseiller développement relation client.

Cette nouvelle organisation s’appuiera sur deux entités support : une équipe chargée du pilotage et de la planification et un collaborateur en charge de la coordination transverse.

Dans l’urgence et la précipitation, les juristes ont dû formuler 3 choix d’affectation entre le 9 et le 21 novembre dernier au cours d’un entretien individuel avec leur manager de proximité ; l’annonce aux collaborateurs de leur nouvelle équipe sera faite dans les jours qui suivent la présente instance.

UNE CRAINTE LÉGITIME SUR LA CHARGE DE TRAVAIL ET SUR LES CHOIX DES AFFECTATIONS

Aussi, ce projet soulève pour nous plusieurs réserves portant tout d’abord sur la charge induite par la multiplicité des contrats à connaître pour les juristes du fait de la mutualisation sur les 3 marques, couplée avec l’appropriation du CRM à l’IJ Noisy et de Cicéron à la GL Le Mans.

En outre, il est à craindre que le choix du juriste quant à son équipe d’affectation soit motivé en premier lieu par la répartition géographique. Cela est vrai notamment pour les petites équipes de salariés en régions.

Dans le même esprit, il n’est pas prévu d’équipe mixte à Paris Montparnasse et chacun des 3 sites n’accueillera pas une équipe spécialisée dans chacune des 6 dominantes de droit prévues.
Et malheureusement, les juristes qui souhaitent rester en multidominante de droit n’auront d’autre choix que d’intégrer une des 2 équipes : amiable ou judiciaire.

Enfin, cette modification de l’organisation du PRC a pour conséquence une refonte des FOT, avec une FOT IJ et une FOT pour les autres équipes du PRC.

HORAIRES FIXES IMPOSÉS AUX JURISTES DE L’IJ AU MANS

Nouveau coup de massue pour les juristes de l’IJ au Mans qui se voient imposer les horaires fixes. Bien que cette mise en place soit repoussée au 1er septembre, suite à la commission de suivi du temps de travail, les élus CFDT dénoncent fermement cette mesure. En effet, outre l’atteinte portée à l’autonomie du juriste, la dégradation de la considération du métier, les horaires fixes vident de sens le décloisonnement voulu par le projet CAPTEN car les souhaits de mobilité n’iront que dans un sens.

Il faut également soulever que le contexte de crise sanitaire semble avoir favorisé un passage en force de ce projet. Ainsi, il n’a offert que du dialogue de façade tant avec les salariés, que les représentants du personnel. Nous restons convaincus que le dialogue, entre les élus et les premiers impactés, manque cruellement dans ce dossier dont la mise en œuvre aurait pu être décalée.

REMISE EN CAUSE DES AVANCÉES SOCIALES OBTENUES DANS LE PASSE ET COUP DE CANIF A LA RELATION DE CONFIANCE CONSTRUITE DE LONGUE DATE

En définitive, ce projet ambitionne des décloisonnements, mais en réalité, il pousse à l’exode de l’IJ et contraint les choix à la GL et au recouvrement. Dans ces deux services, on note une fois de plus la vision réductrice du métier de juriste, ce qui transpire dans ce dossier et nous le regrettons. Enfin, il néglige la relation client Pro et Entreprise à contre-courant des ambitions du groupe COVEA.

Compte tenu de ce qui précède, la CFDT rend un avis défavorable au projet CAPTEN.

CAPEX 21(CAP EXPERTISE 2021) ou comment repenser le modèle de l’expertise salariée COVEA ou comment repenser le modèle de l’expertise salariée COVEA

Rappel historique

La pérennité  de l’expertise salariée a plusieurs fois été remise en cause.

Le projet baptisé CAPEX 21 n’échappe pas à cette réalité et  a été présenté au CSE central le 19 novembre 2019 comme un projet ayant pour ambition d’améliorer l’efficacité opérationnelle  et financière  du modèle de l’expertise salariée, tout en créant une valeur dans le groupe COVEA  en se recentrant sur les clients à valeur


Principaux Axes de transformation pour les CCIS (Chargé de Conseil Indemnisation et Service nouvelle appellation de l’Expet IRD bâtiment)

« En recentrant l’expertise salariée sur les zones à forte densité clients (COVEA), la direction Indemnisation recherche un gain de temps pour ses CCIS. »

Les gains attendus :

Une réduction des délais entre la prise de RDV et l’intervention du CCIS.

Une réduction du risque routier pour les CCIS concernés,

Une augmentation de la capacité d’expertise terrain en 5/5 jours, dans la perspective de rentabilité.

Dès la présentation, vos élus CFDT se sont inquiétés, sur la présence des CCIS 5j/5  sur le  terrain  et le blanchiment de certaine zone en faveur de l’expertise indépendante


Principaux Axes de transformation pour les CRC (conseiller relation client, nouvelle appellation des Assistante de gestion)

Le projet s’accompagne également d’un réel changement pour les CRC :

La reprise d’appel en direct avec la suppression d’Armatis et la mutualisation des centres en 6 pôles virtuels régionaux

Le développement de l’autonomie des conseillers sur les activités de gestion.

Une nouvelle organisation du travail et des horaires des CRC,

Une planification et supervision de l’activité

« En ce qui concerne les activités de gestion, d’autre part, nous souhaitons développer l’autonomie des CRC et par la même augmenter la capacité d’expertise des CCIS. » présentation CSEC du 29 janvier 2020

Vos élus CFDT se sont inquiétés de ces objectifs qui démontraient d’une réelle augmentation de la charge de travail pour les CRC et les experts !


L’avis CFDT en CSEC

Dans l’avis rendu au CSEC du mois de mars 2020, vos élus CFDT ont toutefois salué l’ambition du projet de pérenniser le métier de l’expertise salariée et de l’installer définitivement dans l’univers COVEA.

Toutefois nous avions souligné que le projet allait profondément bousculer les habitudes de travail des collaborateurs et bouleverser le mode de travail de certains centres.


Mise en place du projet et premières difficultés constatées :

Aujourd’hui le projet est déployé et les craintes sur la charge de travail se matérialisent :

  • Comment organiser le back office des experts : dans la voiture entre 2 rdv ?
  • Comment garder du lien en étant 5j/5 sur le terrain pour les experts ?
  • Comment accompagner les CCIS en difficulté ?
  • Comment gérer les dossiers et développer l’autonomie des CRC lorsque les plannings ne prévoient que très peu de temps de gestion personnelle et que le flux téléphonique est intense

Vos élus CFDT entendent toutefois laisser le temps au projet de s’ajuster avant de tirer des conclusions sur cette nouvelle organisation.

Nous allons donc suivre ce projet de près et pour ce faire nous avons besoin de VOUS. Nous vous invitons à nous faire remonter toutes difficultés, problématiques et idées d’amélioration !

La CFDT  suivra la mise en place de CAPEX 21 notamment sur les risques psychosociaux.


Rejoignez-nous, faites-vous entendre !

Levallois III, du mythe à la réalité

VOUS N’AVEZ PAS RÊVÉ !
UN DÉMÉNAGEMENT AURA BIEN LIEU !

Depuis le déconfinement, la rumeur sur un probable déménagement enflait parmi les collaborateurs du site de Saint-Cloud. Plusieurs organisations syndicales ont tenté de relayer ces questionnements auprès de la direction.

Au fil des mois suivants, en particulier sur celui d’octobre, la rumeur se précise. Les effectifs concernés et leur futur lieu de travail sont maintenant connus. Le tout, bien évidemment, sans aucune saisine formelle des instances représentatives du personnel. L’origine de cette fuite nous importe peu. L’important pour nous est de rappeler que la primauté de l’information des représentants du personnel reste et doit demeurer un préalable nécessaire avant des changements majeurs sur les collectifs de travail.

Finalement, les bruits de couloir et les dénégations de toutes parts font place à une information officielle lors du CSEC du 9 décembre 2020. Le futur projet a enfin été présenté en instance.


UN JEU DE CHAISES MUSICALES

Le bail du 27 quai Carnot prend fin en avril 2022. Il ne sera pas renouvelé. De plus, au regard de l’appétence des collaborateurs de la Direction des Assistances pour le télétravail, la direction a décidé de déménager les salariés du bâtiment 27 vers le bâtiment 26.

Par conséquent, les 110 salariés actuellement basés au numéro 26 vont quant à eux déménager sur le site de Levallois. Il semble cohérent de rassembler tous les collaborateurs fonctionnels dans un même lieu. Ils pourront, par ailleurs, profiter des infrastructures et commodités du site de Levallois fraichement rénové.

À ces bénéfices, s’ajoutent l’importance de préserver une certaine organisation et une atmosphère de travail appréciées depuis de longues années.


VOS ÉLUS CFDT DES COMMISSIONS SSCTC & SSCTE
VONT SUIVRE LES PROJETS DE PRÈS

De réels dispositifs d’accompagnement au changement devront être mis en place pour permettre une intégration (que l’on souhaite) réussie pour les salariés concernés.

D’autre part, des travaux de rénovation sont prévus sur le bâtiment 26 pour une mise en conformité avec la charte NET (Nouvel Espace de Travail). Dans ce cadre, cette entité sera pilote, pour le Groupe, d’une nouvelle configuration des espaces de travail dédiés aux populations en relation clientèle. L’évolution des travaux fera l’objet d’un suivi pointu de la part de vos élus des commissions SSCTC & SSCTE. 

La CFDT ne manquera pas de vous informer à chaque étape du projet.

Nous vous donnons rendez-vous le 6 janvier après la CSSTC.

ELECTIONS 2020 DES MEMBRES DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DU FONDS MAAF PARTICIPATIF

Élections 2020 des membres du conseil de surveillance

DU 10 DÉCEMBRE au 17 DÉCEMBRE 2020 

Du 10 au 17 décembre 2020 vous aurez une semaine pour exprimer votre choix concernant la désignation de vos 9 représentants, et leurs suppléants, au conseil de surveillance du FCPE* MAAF Participatif 1.  

* Fonds Commun de Placement d’Entreprise


Confiez votre épargne à notre équipe d’experts,

VOTEZ CFDT


UN FONDS QUI CONSTITUE L’ESSENTIEL DE L’ÉPARGNE SALARIALE MAAF

Créé en 2002, ce fonds est doté de 160 millions d’euros d’actif et est actuellement administré par NATIXIS. 

Sa structure, sous forme de titres participatifs de la mutuelle MAAF Assurances, constitue une part importante de l’épargne salariale. Ils comptent sur ces sommes pour financer leur retraite ou leurs projets.


VOS ÉLUS CFDT GARANTS DE LA BONNE GESTION DE CE FONDS

Le conseil de surveillance du FCPE*, composé de représentants élus par les salariés et de représentants désignés par la Direction du Groupe Covéa, a pour missions de veiller à la bonne gestion du FCPE* et des consignes liées à l’orientation de gestion.

Bien que ce placement ne soit malheureusement plus aussi rentable, il reste l’un des plus sûrs. Choisir les élus CFDT, c’est choisir une équipe qui portera l’intérêt des salariés en favorisant une gestion sécurisée.

La CFDT, 1er syndicat chez MAAF, toujours à vos côtés, a la volonté de rester toujours plus proche de vos préoccupations, et de suivre l’évolution de ce fonds.

Soucieux de l’épargne de près de 6000 porteurs salariés MAAF, nos candidats seront très vigilants à la bonne gestion de ce fonds.


FAITES LE CHOIX DE CANDIDATS EXIGEANTS

votez cfdt


Vos candidats CFDT

Titulaires


Michael
GUICHARD

Milenko
TRAPARIC

Isabelle
COMBETTES

Pierre
JANVIER

Stéphanie
RAMOS

Laëtitia
RAKINIC


François
BLUTEAU

Pierre-Jean
LAVERRIERE

Carole

GENTILUCCI

Suppléants


Stéphane
BOKOBZA

Priscilla
GUITARD

Sylvie
DUPUIS

Steren
ROUSSEL

Fréderic
BOUVARD

Jose
DE SOUSA MARTINS


Maëlle
SEIGNEUGENT

Jeremy
BOUZANNE

Bertrand
PARIS

« Entre – Nous » CSSCTE EXTRA – 20 Novembre 2020

POINT SUR LE SUIVI DE LA CRISE SANITAIRE


Préambule : Les élus insistent pour que le nouveau médecin du travail soit présent à cette commission


Point sur les masques

Il existe sur le marché des masques produits par l’entreprise Pro mask), masques conformes à la norme EN14683 : 2019 (coût du masque environ 30 euros)

  • Lavables et réutilisables, ils peuvent être utilisés quotidiennement 210 fois et lavés une fois par semaine à l’eau froide (30 semaines).
  • Exempt de métaux toxiques tels que l’argent et le cuivre, les masques sont certifiés non toxiques et sans danger à porter.
  • Tissu lisse et soyeux. Inodore, avec attaches d’oreille réglables et barrette nasale pour un ajustement personnalisé.

Ces masques peuvent-ils être achetés par COVEA et  distribués aux salariés du réseau qui travaillent en agence, compte tenu de l’usage intensif qu’ils font du masque ?

Thomas FROQUET étudie la faisabilité.


  • Demande du planning des réunions de CSSCTE de 2021.
  • Demande d’un bilan au 20 novembre 2020, des cas COVID du CSEE Levallois.
  • Bilan sur la direction du développement (nombre de sites fermés, nombre de salariés en télétravail et nombre de salariés sur site).
  • Bilan sur la direction indemnisation.
  • Bilan sur les sites centraux (toutes Directions confondues).
  • Demande d’un bilan des PrevRisk du CSEE Levallois


187 Cas Covid positifs

338 suspicions

369 salariés vulnérables 

Depuis le début de l’épidémie près de 14000 mails reçus


POINT DE SITUATION SUR L’agence de Paris la Défense

L’agence de Paris la Défense nous alerte (encore une fois) sur le fait de sa situation particulière. En effet, cette agence ne dispose pas de ses propres toilettes ! Cette situation est aggravée par la COVID 19, du fait du partage et de l’insalubrité des toilettes communes avec les autres commerces de la galerie marchande. Nous demandons instamment la mise en sécurité des collaborateurs.

Ce problème est connu et la direction cherche à transférer cette agence depuis des années. Vues les conditions particulières d’organisation de l’agence, la direction a décidé que chaque collaborateur soit doté d’un kit individuel et de lingettes. Le site est moins utilisé car il y a  beaucoup de  commerces fermés.

Compte-tenu de la baisse de flux , les élus demandent que les salariés soient mis en télétravail vu le  contexte particulier.

La direction va relayer la demande auprès de Mr CHARPENTIER et Mme KORDEUSZ.


Point de situation sur le CG d’Orléans.

Pouvez-vous nous indiquer les dates de retour sur site des salariés positif à la COVID 19 ?

Thomas FROQUET de Prevrisk ne peut pas nous communiquer cette information car cela dépend des situations individuelles ; En tout état de cause l’isolement est de 7 jours à compter des 1ers symptômes et c’est le médecin qui doit préconiser le retour.


Pouvez-vous nous fournir le détail des actions réalisées pour la désinfection du site, parties communes entre le CG et le site central (ascenseur, WC, espace café, RIE, …) ?

Pouvez-vous nous fournir un bilan des recherches de cas contacts notamment lors des échanges sur les espaces café et RIE ?

Le CG d’Orléans fait partie intégrante du site central et dispose donc du même traitement que les autres entités .

3 désinfections quotidiennes sont faites sur les points de contact. Idem pour les espaces communs se situant en dehors du CG

Concernant  les tisaneries, un document précise les heures de passage de la désinfection.

5 cas positifs sur le site


Direction Indemnisation

  • SCI : Centres de Gestion : merci de nous préciser l’organisation mise en place concernant le TLT ; combien de salariés  en TLT et combien de salariés en présentiel sur site ?
  • STI : Merci de nous préciser l’organisation mise en place concernant le TLT ; combien de salariés  en TLT et combien de salariés en présentiel à Levallois
  • Combien de salariés restent-ils sur les sites ?

Intervention Mr RONDEAU

Le  télétravail est généralisé sauf  exception pour cause de  contraintes techniques (démat) . Une présence sur site s’applique donc par roulement. Il existe également un certain nombre de collaborateurs ne disposant pas d’équipements informatiques pour télétravailler. Ces salariés seront équipés, mais en attendant ils doivent travailler en présentiel.


Point au 19 novembre

SCI 

sur site 126 collaborateurs soit 18% des effectifs

STI 

39 personnes présentes (Saran/ Levallois)


Concernant le service STI,  focus sur le service Risques spécifiques étant présent à raison de 2 jours /semaine alors qu’il serait possible de télétravailler 4 jours sur 5. Quid ?

Mr RONDEAU précise que le message est clair : Seuls les collaborateurs indispensables doivent être sur site. Il va donc regarder ce qu’il est possible de faire dans ce service.


Pour les salariés utilisant leur propre matériel, pas d’indemnisation complémentaire prévue. Mr RONDEAU en discutera néanmoins avec notre DG et Mme KORDEUSZ.

Mme TAVARES nous informe également que du matériel est actuellement livré (Tiny) pour les salariés concernés.


Mr Rondeau nous précise qu’il va être proposé aux CG IRD de télétravailler sur volontariat les :

  • 28 novembre
  • 4 et 12 décembre afin de revenir à des stocks normaux
  • Les fermetures SST sont prévues les vendredis 20 et 27 novembre et si nécessaire il y aura des jours en sus

Cas des salariés ne pouvant travailler correctement (exemple logement exigu). Est-ce que ces salariés peuvent s’ils le souhaitent revenir en présentiel ?

La Direction répond que  le gouvernement a imposé un télétravail au maximum donc un cadre très contraint. Les  collaborateurs concernés doivent se rapprocher de leur RRH . L’ examen des situations se font au cas par cas en lien avec le médecin du travail. Certains salariés en ont bénéficié.


Salariés au forfait dans les équipes STI

Il semblerait que la direction leur demande de se loguer matin midi et soir en imposant des vacations avec des horaires postés.

Mr RONDEAU répond qu’ils doivent effectuer leur activité. Il n’est pas demandé de faire des vacations mais de répondre aux attentes de leur métier.


Récupération de  fauteuil sur site

Les élus regrettent qu’en fonction des CG il y ait une différence de traitement.

La direction rappelle la règle COVEA ; le matériel de l’entreprise reste dans l’entreprise. En effet, lors du  1er confinement certains matériels ne sont pas revenus immédiatement ce qui a créé de la désorganisation. Les situations particulières seront regardées au cas par cas.


Est-il possible d’avoir une explication sur des réductions de prime P3CO individuelle liée aux absences du 1er confinement ?

Mr Rondeau nous précise que le  règlement n’avait pas intégré le contexte Covid. La direction regardera la situation à fin d’année pour voir les marges de manœuvre et  tenant compte de cette année particulière.


Est-ce que toutes les personnes qui ont été testées positive au covid ont eu une visite médicale de reprise ou un test de contrôle?

Le cadre des visites reste le même à savoir 30 jours d’arrêt de travail. Seuls les cas graves ou complexes amènent une visite. Néanmoins les médecins de Tours et Saran revoient les salariés reprenant  le travail suite au COVID. C’est une décision locale. Sur les tests de contrôle il n’y a pas de recommandation donc pas de systématisation.


Apres fermeture d’un site pour cause de cluster, les salariés doivent ils effectuer un test afin d’assurer un retour dans les meilleurs conditions ?

Non,  seuls les cas contact et suspicion Covid  sont concernés. L’ARS ne préconise pas cette disposition.


En cas de Covid sur un site, quel est précisément le protocole de désinfection des locaux ?

La direction va nous le faire suivre par mail


Des commandes récentes de matériel informatique ont été faites pour les CCC pour le télétravail pendant le confinement : quel est le calendrier de livraison ?

  • 18/11 Toulouse  et  Ermont
  • 19/11 Nancy  et  Rennes
  • 23/11 Marseille  Mérignac
  • 24/11 Lyon
  • 25/11 Champigny
  • 26/11 Saran
  • 01/12 Schittigheim
  • 02/12 Arras

Les délais de réception ne dépendent pas de COVEA .


Les salariés handicapés qui ont du matériel adapté sur site et qui sont en télétravail du fait du confinement souhaitent récupérer leur matériel (chaise – fauteuil). Certains travaillent sur tablette alors qu’ils ont d’habitude d’écrans plus grands, ont des souris ergonomiques et cette situation n’est pas sans conséquence en terme de conditions de travail. Est-il possible que les aménagements dont ils bénéficient soient livrés à domicile lorsqu’ils le souhaitent ? La mission handicap contactée par certains salariés n’a pas apporté de réponse.

La mission handicap réalise ce type d’accompagnement . A date pas de situation non traitée . Si cas particulier le signaler. Les élus souhaitent qu’un mail soit adressé à nos collègues en situation de handicap pour les aviser de ce dispositif. Les collaborateurs seront contactés dès janvier.


Nous constatons que le gel et les lingettes fournis ne sont pas sur certains sites virucides norme EN 14476. Demande pour que des dotations conformes soient effectuées.

Les dotations sont conformes mais l’emballage ne fait pas forcément apparaitre l’ensemble des données. Les vérifications ont été faites.


Il n’y a toujours pas de distributeur de papier essuie main dans certaines agences : Guéret, Tulle, Limoges.

Le nécessaire a été fait depuis.


Rappel des consignes sur l’aération des locaux auprès  des managers et salariés

Les consignes sont d’aérer régulièrement. Dans certaines agences il n’y a pas de fenêtres. Le renouvellement VMC est-il suffisant ? La direction nous répond par l’affirmative. De plus, les salariés et les sociétaires sont masqués.

Rappel des consignes de préventions en agences avec temps entre chaque client

Les mesures sanitaires sont toujours les mêmes depuis le mois de mai .


Tablettes

Réquisition des tablettes des agences pour les CG. Les tablettes vont-elles revenir en agence lorsque les CG seront tous équipés ?

Ces  prêts étaient temporaires( une cinquantaine environ)  . Les tablettes ont été rendues en juin. Pour ce 2eme confinement, les agences avaient besoin de leur tablette c’est la raison pour laquelle la DI a commandé  du matériel. Les livraisons s’échelonneront sur une quinzaine de jours. Concernant  les zones blanches, les salariés devront t travailler sur site en respectant les règles et gestes sanitaires.


Questions diverses

Présence de collaborateurs sur site le 19 /11
  • 110 Levallois
  • 75 Saran
  • 89 Tivoli mais ce sont des salariés des 3 marques

Restauration
  • 88 collaborateurs au RIE Levallois et seuls 25% s’étaient inscrits sur instant booking
  • 30 collaborateurs sur Saran dont 16 inscrits sur instant Booking

PROCHAINE CSSCTE EXTRA CRISE SANITAIRE PREVUE LE 4 DECEMBRE 2020 

JOURNÉES INTERNATIONALES DE LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES & DES DROITS DE L’ENFANT • 20 & 25 NOV. 2020

FAISONS PLUS QUE COMPATIR MOBILISONS-NOUS AU SEIN DE COVÉA !

LES VIOLENCES FAMILIALES EXACERBÉES PAR LA CRISE SANITAIRE ET ÉCONOMIQUE

Les semaines de confinement et la crise sanitaire ont accentué les violences faites aux femmes et aux enfants. 

+28% de féminicides
entre 2018 et 2019

Augmentation de 36% des signalements pendant le confinement

21,5% des enfants des femmes violentées le sont également

PASSER À L’ACTION

Face à la recrudescence des violences familiales durant le 1er confinement, la Direction a mené une campagne qui a permis de verser une subvention à la Fondation des femmes. Elle regroupe 67 associations sur tout le territoire et prend en charge les victimes de violences. C’est un geste solidaire important.
Pour autant, vos élus CFDT Covéa se sont demandés comment aller plus loin, pour passer de la compassion à l’action.


Les principales difficultés rencontrées par les femmes et les enfants victimes de violences familiales

De façon assez commune, la 1re réaction, c’est de dire… « mais pourquoi ces femmes ne partent pas de chez elles ? ». Pourtant les raisons sont bien identifiées et pour certaines nous pouvons agir.

L’emprise psychologique

Le partenaire exerce une emprise sur l’autre et sur les enfants. Pour sortir de cette dépendance, il faut du temps et l’accompagnement de professionnels.

La dépendance financière

Partir, c’est être en capacité de s’héberger, se véhiculer, se nourrir et le cas échéant, subvenir aux besoins de ses enfants avec un seul salaire. Enfin, l’angoisse des difficultés financières constitue un frein au départ.

La dépression et les syndromes post-traumatiques

Les études démontrent que les femmes et les enfants souffrent pour la majorité de dépression dans ces situations. Il est donc difficile d’agir, de prendre des décisions et de sortir de cette situation compliquée.

Un temps judiciaire inadapté à l’urgence de la situation

Le système judiciaire et administratif est surchargé. Le manque de confidentialité des commissariats, de formation des agents pour accueillir les victimes, ainsi que la longueur des démarches peuvent sembler insurmontables aux victimes.


Mettre en place une cellule d’accompagnement Covéa pour les salariées et leurs enfants victimes de violence

Covéa est un grand groupe affichant des valeurs mutualistes avec une envergure financière conséquente. Pour vos élus CFDT, des cellules d’accompagnement pourraient être constituées pour aider les femmes et leurs enfants. Ces types de dispositifs sont déjà mis en place dans d’autres grands Groupes.

La cellule dédiée collaborerait avec des assistantes sociales en mesure d’évaluer la situation et de faire des propositions d’actions concrètes et immédiates avec l’appui des structures spécialisées et associatives compétentes sur le sujet ; bien évidemment, les aspects judiciaires seraient pris en charge par des personnes extérieures de l’entreprise.

EXEMPLES D’ACTIONS

Priorisation sur l’obtention d’un logement via l’action logement pour offrir un toit à la salariée et à ses enfants.

Aides financières et garanties pour assurer les dépenses inhérentes à un relogement en collaboration avec les CSEE et/ou la Direction.

Accompagnement renforcé à une mobilité dans le groupe quand la vie de la salariée est menacée.

Nous allons porter ces propositions auprès de la Direction afin d’apporter des réponses concrètes aux salariées de Covéa qui seraient violentées. 


  POUR NE PAS OUBLIER

Assistance confidentielle
socio-psychologique Covéa 
24h/24 et 7j/7

Si vous êtes victime
3919 et contactez vos élus

Vous êtes témoin
Le 17 police secours

Enfance en danger
119

CSSCTE 12 NOVEMBRE 2020

En marge de cette CSSCTE , les élus ont évoqué le CG d’Orléans fermé pour cause de Covid.
La direction a procédé à la fermeture et à la désinfection du site comme le protocole le prévoit.

La direction en profite pour nous informer que des CSSCTE extraordinaires sont d’ores et déjà prévues afin d’évoquer tous les problèmes relatifs à la COVID.


1) Point sur le service ingénierie de la DGTSI suite à la mise en place du plan d’actions présenté le 8/10/2020. Aurons-nous une CSSCTE extraordinaire sur ce sujet ?

Rappel : Cet été, vos élus CFDT avaient effectué un droit d’alerte sur ce collectif en souffrance. Les salariés ont été entendus par Prevrisk et un diagnostic a été établi avec la mise en place d’un plan d’actions comprenant :

  • la mise en place d’un renfort externe.
  • Une réflexion sur l’organisation du service pour une clarification des rôles.
  • Le renforcement des actions managériales pour être plus à l’écoute des remontées du terrain.
  • Une prestation avec le cabinet Wavestone.
  • Une réunion d’informations programmée initialement pour le 23 novembre est reportée du fait du confinement. Elle se réalisera en présence du N+1,N+2 et la RH
  • Une réunion d’échanges avec les équipes.
  • Une consolidation du plan de charge (en cours) auprès des collaborateurs.
  • Un manager de transition (en attente d’arrivée)
  • Engagement sur le recrutement d’un poste responsable ingénierie sur Niort qui arrivera le 1er décembre.
  • 2 postes ingénierie sur  Le Mans 
  • 1 poste chargé ingénierie sur Paris
  • 2 postes ingénierie sur Paris et Niort
  • 2 postes de managers validés à ce jour et en cours de sélection. Plusieurs candidats se sont positionnés en interne
  • 1 poste de manager à Niort.

Le renforcement des postes prouvent que vos élus CFDT ont bien fait d’alerter car le diagnostic a mis en évidence un déficit sur le nombre de collaborateurs.
Nous comprenons mieux pourquoi les salariés ont évoqué une surcharge de travail quasi permanente.


 2) COVID 19 point sur l’organisation du télétravail combien de salariés en bénéficient dans le périmètre CSEE Levallois.
Et pour la Direction Indemnisation :
a. SCI : Centres de Gestion : merci de nous préciser l’organisation mise en place concernant le TLT ; combien de salariés en TLT et combien de salariés en présentiel sur site ?
b. STI : Merci de nous préciser l’organisation mise en place concernant le TLT ; combien de salariés en TLT et combien de salariés en présentiel à Levallois ?

Direction Indemnisation au 5 novembre

  • SCI : 28% de l’effectif sur site et 72% en télétravail
  • STI : 49% de l’effectif sur site et 51% en télétravail

3) Demande d’un bilan des cas COVID du CSEE Levallois. Nombre de salariés déclarés « positif ». Nombre de cas contact salarié en isolement. Nombre de sites fermés et quelles procédures mise en place pour le maintien de l’activité. Nombre d’agences commerciales fermées pour cause de Covid (avec précision depuis le 1er septembre).

Chiffres arrêtés au 4  novembre :

  • 523 cas dont 187 avérés et 336 suspicions.
  • 437 personnes vulnérables

Prevrisk n’a pas de suivi des cas contacts.
Pour les sites fermés, Prevrisk n’effectue pas de pilotage sur ce point.


4) En CSEC extraordinaire du 30 octobre, il a été dit qu’un traitement particulier sera mis en place pour les salariés dont le télétravail est difficile du fait de contraintes non liées à la technologie. Dans ce cas, un examen manager/RH sera fait pour éventuellement faire revenir ces personnes sur site. Comment le salarié doit procéder pour que sa demande soit étudiée ?

Le collaborateur doit prendre attache avec sa hiérarchie qui est l’interlocuteur sur le sujet .
Si rien ne bouge il peut prendre attache avec son RRH.
Il semblerait qu’à la Direction Indemnisation, le traitement particulier se solde systématiquement par une réponse négative.


 5) Y aura-t-il des dotations de matériels Tiny ou portables pour les salariés du CSEE Levallois non dotés pendant cette période de confinement ? En attendant la réception du matériel, est–il prévu de distribuer le stock disponible en priorité à des personnes « non-prevrisk », dont l’état de santé est fragile et le retour sur site est éprouvant (Femmes enceintes, salariés de retour de maladie…) ?

Il y a bien du matériel en attente d’être livré pour des collaborateurs travaillant sur site. La priorité sera donnée aux salariés dont l’état de santé le nécessite (femmes enceintes, salariés en retour de longue maladie…)


6) Si le téléphone personnel d’un salarié en télétravail tombe en panne, qu’en est-il ? Covéa prend en charge son remplacement ?

Dans cette situation ; le salarié doit le signaler au plus vite à son manager qui fera remonter.
Pour l’usure du matériel, la Direction nous informe, qu’aujourd’hui,  il n’y a pas de positionnement de COVEA sur ce sujet.
La direction va faire remonter ce cas particulier car la question se pose plus que jamais avec le confinement.


7) Pour les CG, les contrats de ménage vont-ils être maintenus contrairement au premier confinement ?

Les contrats sont maintenus durant cette seconde phase de confinement.


8)  Demande du report des formations full ged programmées sur site pendant le confinement.

La  formation DEMAT se fera en distanciel. Le volet ESMA est reporté pour qu’il s’effectue en présentiel.


9) Pour les salariés en télétravail dont les enfants sont à l’école, quand il n’y a plus de péri scolaire, la planification FOT est donc très mal vécue : peut il y avoir des souplesses ou mieux un retour aux horaires 9h/17h comme pour le premier confinement?

Il n’y a pas de prévision de modifier l’organisation générale mise en place. S’il existe  des situations spécifiques, elles seront traitées par l’encadrement en lien avec les Ressources Humaines.
Idem pour les collaborateurs des Centres de Contact Clients.


10) Combien de CDD sont sur site plutôt qu’en télétravail dans les CG et les CCC ?
  • CG : 37 CDD présents sur site ; dont 20 concernant les moyens généraux ;
  • CCC : 17 conseillers (en attente de matériel afin de télétravailler).

11) Quand sera revue la situation des salariés en agence ?

Intervention de Thierry CHARPENTIER

La position du groupe est d’avoir l’ensemble des agences ouvertes au public car elles sont considérées comme une activité essentielle par le gouvernement.
La direction attend les prochaines directives pour revoir éventuellement les consignes.

  • 40% de baisse de flux physique actuellement, aussi, vos élus ont redemandé la mise en télétravail par roulement des collaborateurs des agences.

Refus de la direction. C’est incompréhensible.


12) Qu’en est-il des ACE : les salariés des agences doivent ils les maintenir ? Si oui, demande pour un report après le confinement ?

La position est claire : Les ACE programmées sont tenues sauf si annulation par l’administration ou si le CDE considère qu’il ne peut pas réaliser son travail dans les conditions sanitaires  optimales.
Les agences tiennent aussi les ACE sachant que leurs volumes ont baissé de façon significative suite au COVID.


13) Est-il prévu d’affecter les CCI à une seule agence, comme pour le premier confinement, plutôt que les laisser aller d’agences en agences avec tous les risques que cela comporte.

Il faut privilégier une affectation en limitant la distance avec le domicile. Il est malgré tout difficile de les maintenir sur une seule agence. Donc privilégier une mission la plus longue possible afin d’éviter les multi-déplacements.
Si des agences doivent être fermées faute de CCI,  elles le seront.


14) Point sur le déménagement du CCC de Marseille. Y-a-t-il du nouveau ?

Ce n’est pas à l’ordre du jour, mais la Direction ne s’interdit pas de regarder les opportunités. Le CCC de Marseille ne déménagera donc pas en 2021.


15) Service Dommages Habitation DI, point sur le stock des dossiers et reliquat par collaborateur.

Fin octobre ;

  • 6681 dossiers  
  • 4600 pièces  en reliquat (papier et courriel)

Vos élus CFDT alertent à nouveau la Direction sur des risques RPS importants dans ce service (épuisement des équipes). La direction prend acte et Mr RONDEAU viendra nous faire un point lors de la  prochaine CSSCTE.


16) Répartition de la charge dans les CG en cas d’absence : quand le service est au complet la charge est répartie, ensuite qu’il manque 2, 5 ou 8 personnes, la charge du jour est répartie sur les présents sans temps de gestion supplémentaire. Est-il possible de revoir cette approche ?

Le process est d’adapter les ressources à la charge.


17) Peut-on avoir le nombre de chocs acoustiques déclarés (CCC, CG, DAV, etc…) depuis janvier 2020 ? Peut-on avoir un détail par direction ? La fréquence ? Le nombre d’accidents de travail déclarés et nombre d’ITT. Des sondes avaient été installées sur certains sites, le sont-elles encore et où ? Où en sont les démarches techniques sur le choc acoustique survenu au CG de Nantes le 6 octobre?

Pas de choc acoustique à la DAV

CCC : Pas de nouvel incident
CG : 1 déclaration en octobre au CG de Nantes / 4 déclarations sur Toulouse en début d’année.
Actions : le matériel a été changé et l ancien a été envoyé pour expertise à un bureau d’études avec lequel la GMF travaille.
À ce jour l’origine des chocs acoustiques n’est pas déterminée mais un matériel a été mis en place pour éviter tout nouvel incident.


18) Peut-on faire un point sur les visites médicales des salariés ? Certains salariés pensent avoir dépassé la date de périodicité de leur visite.

Si la date est dépassée les salariés doivent revenir vers leur manager ou leur RRH.
S’adresser également à l’administration santé Prévention Covéa.


19) Point sur les déclarations d’incivilités et agressions sur 2020 ?

Dès qu’il y a signalement la secrétaire de la CSSCTE est informée et nous transmet les informations.


20) Affichage légal (coordonnées Médecin du travail, Inspection du travail liste des Représentants de proximité etc…) dans les sites de notre périmètre : tous les tableaux ne sont pas à jour sur les informations importantes à communiquer aux collaborateurs, merci de nous préciser qui se charge de la mise à jour.

La mise à jour est faite par la Direction des Affaires Sociales. C’est en cours sur l’ensemble des sites dixit la Direction.
Les élus insistent  pour que ces informations soient à jour car elles mentionnent les coordonnées du médecin du travail et de l’inspecteur du Travail.


 24) Questions diverses

Réseau : COVID
Cas d’une salariée dont  la fille est cas contact dans son école La collaboratrice a demandé à être en télétravail et cela lui a été refusé.

La direction reste dans une posture dogmatique en nous répondant que le collaborateur doit prendre des journées enfants malade.


Jubiwee : Demande de systématisation du sondage Jubiwee existant déjà au niveau de la DI et de la DGTSI
Jubiwee est un organisme indépendant prenant la « température » de ce que les salariés ressentent. (sorte de baromètre).
Ces sondages sont à la main des Directions et exploités par des personnes relevant du pilotage dans les Directions.
Nous demandons au Président de la CSSCTE de faire remonter notre demande de déploiement. La réponse à ces sondages est volontaire,  anonyme,  et il apparait qu’un grand nombre de collaborateurs apprécient de pouvoir s’exprimer via cet outil.

Nota Bene
CCC= Centre contacts clients (plateforme qui reçoit les appels de nos sociétaires)
CG = Centre de gestion gérant les sinistres
ACE = Action Comemrciale Externe
CDE= Chargé de Développement Externe
DI= Direction Indemnisation (gestion des sinistres)
RPS= Risques Psycho Sociaux