Skip to main content

Auteur/autrice : Muriel BRUNET

CSEE Extra du 15 juillet : AVIS COVEA PJ

Avis des élus CFDT relatif au projet de mesures concernant l’Information Juridique du Pôle Relation Client de COVEA PJ

Ce projet a été présenté aux élus lors du CSEE du 25 juin dernier.

Face au constat de la difficulté persistante à atteindre l’objectif de joignabilité de 80% depuis plusieurs années, ainsi que des difficultés de recrutement sur le bassin parisien, la direction Covéa PJ a décidé de présenter deux actions à déployer au cours de ce second semestre.

D’une part, il a été décidé de créer au 1er septembre prochain une nouvelle équipe IJ sur le site du Mans.

Sur ce point, la CFDT se réjouit que sa revendication d’investiguer plus avant la piste des recrutements au Mans ait été entendue. Néanmoins, cela n’est ni plus ni moins qu’un alignement au standard Covéa à 15 collaborateurs par équipe avec un nécessaire allègement de la charge de travail pour ces managers particulièrement en difficultés ces derniers temps.

Tout naturellement, nous espérons que sa composition ne sera pas imposée aux collaborateurs et qu’ainsi, ils pourront faire valoir leur choix de l’intégrer ou non.

De même, nous souhaitons que cette mesure s’accompagne de recrutements significatifs. En effet, nous ne saurions nous satisfaire d’une seule création de poste de manager assortie d’un nécessaire rééquilibrage de taille d’équipes jusqu’alors surchargées.

D’autre part, le recours à la sous-traitance sera progressivement accru sur une partie des flux IJ et ce, jusqu’à 10% de l’activité du service.

Il nous est indiqué que cette dernière mesure permettra de maintenir le partenariat avec les sous-traitants, d’améliorer la joignabilité et d’éviter de positionner davantage de juristes sur les créneaux du soir.

Pour la CFDT, cet accroissement de la sous-traitance est inacceptable et ne saurait s’inscrire dans la durée à un tel niveau. En effet et à beaucoup d’égards, l’activité de protection juridique doit rester maîtrisée de bout en bout en interne.

Par ailleurs, s’il n’en n’a pas été fait mention dans la présentation du projet, nous ne pouvons ignorer que notamment l’absentéisme actuel de 10% à l’IJ de Noisy est sans conteste un facteur d’aggravation de la joignabilité en berne.

Selon la CFDT, il conviendrait avant tout d’en rechercher les causes, car nul doute qu’il s’agit d’un absentéisme dû aux conditions de travail, tel qu’il en est ressorti du diagnostic santé mentale.

De même, le recours aux horaires fixes depuis 2021 ne l’a en rien améliorée contrairement à ce qu’on a essayé de nous démontrer. Bien au contraire, comme nous le craignions cela a participé à la forte dégradation des conditions de travail, en compromettant sérieusement l’autonomie des collaborateurs, le sens au travail et l’équilibre vie privée et professionnelle, le tout sans résultat probant.

______________________________________________________________________________________________________

La CFDT exhorte la direction de Covéa PJ à repenser sa vision du métier à l’IJ en rétablissant les horaires individualisés et en assimilant une bonne fois pour toute que le juge de paix dans cet univers ne se résume pas à la seule déclaration de sinistre mais aussi à l’entrée en relation avec le client qui a besoin de conseils pour éviter tout litige.

Cela permettrait de rendre ses lettres de noblesse à un formidable métier qui a été méprisé au cours de ces dernières années, le rendant ainsi moins attractif et occasionnant pour les juristes de l’IJ une perte de sens au travail, d’engagement et de fidélité à cette belle maison. Cela permettrait de revenir à un cercle vertueux et par voie de conséquence d’améliorer notre joignabilité.

La sous-traitance, qui vise notamment à pallier l’absentéisme sans traiter à la racine les causes du mal-être au travail qui le génèrent, est donc pour nous un nouvel aveu d’échec.

Compte tenu de ce qui précède, la CFDT rend un avis défavorable sur ce projet.